• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

PORTRAIT. Frédéric Boccaletti le patron du FN du Var attend son heure

Frédéric Boccaletti, candidat FN de la La Seyne 2. / © Maxppp.
Frédéric Boccaletti, candidat FN de la La Seyne 2. / © Maxppp.

Frédéric Boccaletti se présente aux départementales à La Seyne 2. A la tête de la fédération FN du Var depuis 2010, il a de hautes ambitions pour lui-même et son parti. Il se verrait bien devenir aussi célèbre que son voisin fréjussien David Rachline en décrochant la présidence du département.

Par Annie Vergnenegre

Frédéric Bocalletti est né à Martigues, mais c’est sous le soleil du Var qu’il a grandi et qu’il a entamé en 2001 sa carrière politique comme conseiller municipal élu sur une liste de rassemblement divers droite à Six-Fours.

ça fait 20 ans que je milite au Front national. J’ai eu des fonctions au FNJ, j’ai été directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen aux élections régionales de 2010 »,


se vante-t-il sur le plateau de La voix est libre de France 3

De Mégret à Le Pen

C’est effectivement très jeune, en 1994, l’année de ses 21 ans, qu’il assume ses premières responsabilités comme secrétaire adjoint du Front national de la Jeunesse. Mais 5 ans plus tard, il passe à l’ennemi, chez Bruno Mégret. C’est d’ailleurs en collant des affiches pour le MNR à Six-Fours qu’il se retrouve dans la rubrique des faits divers en 2000. Condamné à un an de prison dont six mois ferme pour « violence en réunion avec armes ». En l’occurrence, il s’agissait bien de son pistolet, mais c’est un autre, un jeune 19 ans, qui tire «un coup de feu en l’air» lors d’une altercation nocturne avec des jeunes. Il lui faudra 9 ans pour faire oublier ses égarements mégrétistes et judiciaires et pour pouvoir revenir tel l’enfant prodigue auprès du père. Le président du Front national l’accepte alors dans son équipe de campagne. C’est un nouveau départ.

Dénicheur de talents

De ses années de formation aux côtés de Le Pen père, Frédéric Boccaletti se vante d’avoir développé un certain instinct pour dénicher les jeunes talents et leur montrer leur voie. C’est lui qui a mis dans la course David Rachline, 26 ans à peine, avec le succès que l'on sait à Fréjus et au Sénat, mais aussi Laurent Lopez élu conseiller général à Brignoles ou Marc-Etienne Lansade élu maire de Cogolin. Lui encore qui prend dans ses filets Philippe de la Grange (ex-UMP) au Luc-en-Provence, ou encore le trentenaire Damien Guttierez, transfuge de l’UMP passé par le Modem candidat aux départementales à La Seyne 1. 
Frédéric Boccaletti et David Rachline. / © JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Frédéric Boccaletti et David Rachline. / © JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Les succès des autres gonflent ses ambitions. A 41 ans, l’ancien apprenti cuisinier devenu libraire se verrait bien devenir le premier président FN d’une assemblée départementale, sur une terre les plus à droite de France :

On a une chance. On ne part pas à une élection pour perdre ».


Et l’homme de terrain ne ménage pas sa peine. Il diffuse des millions de tracts, fait les marchés, alimente la presse locale en communiqués de presse. Frédéric Boccaletti poste des articles sur sa page de campagne Facebook (4700 amis), apostrophe ses adversaires politiques comme sur son compte Twitter @Boccaletti83 (2595 abonnés).


A la tête du département, il fait du bon boulot : en 3 ans le nombre d’adhérents est passé de moins de 500 à près de 4200, chiffres comptabilisés en novembre 2014. Le patron FN du Var dirige ses troupes avec poigne. Il ne supporte pas les entorses à la discipline dans ses rangs et quand ses ouailles refusent de laver leur linge sale en famille, il tranche dans le vif. En décembre dernier Nicolas Melnicowicsz en a fait les frais à Saint-Raphaël. Pour avoir contesté le mode d’investiture pour les départementales et s’être étonné du choix de certaines candidatures, il est exclu. Depuis, le jeune ex-frontiste qui a créé son propre mouvement accuse son ancien parti de harceler ses sympathisants du Nouvel Elan Raphaëlois (NER) à Fréjus et Saint Raphaël comme le rapporte Var Matin.

Deuxième force politique du Var

Frédéric Boccaletti a une revanche à prendre dans le Var. Aux cantonales de 2011, il avait râté le coche malgré une belle performance, 48 % au second tour à Six-Fours, un score jamais atteint par le FN dans cette commune. En 2014 aux municipales, il échoué dans une triangulaire avec 34 % face à l’UMP Jean-Sébastien Vialatte. Jusqu’à présent dans le Var, où le FN est pourtant la deuxième force politique, il ne s'est pas encore imposé dans les urnes. Son mandat de conseiller régional, il l’a décroché en 2010 dans le Vaucluse. Cette fois le président de la fédération varoise voit son heure venue. Surtout qu’en cas de majorité à l’assemblée départementale, personne au FN ne semble pouvoir lui contester la place à la présidence. David Rachline et Marc-Etienne Lansade sont trop occupés. Philippe de La Grange s’est retiré pour raison de santé. A part Laurent Lopez, les grandes figures médiatiques frontistes du département ne chercheront pas à freiner son ascension. En mars 2015, Frédéric Boccaletti a une ambition pour son parti. Non plus de talonner l’UMP mais de passer devant. Et se faire connaître comme le premier président FN d'une assemblée départementale. 

Tout savoir sur les départementales dans notre région

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus