Témoignage. "Un manque de professionnalisme" : après le rappel massif de Citroën C3 et DS3, la galère des clients

Publié le Écrit par Bussy Eloïse

Alors que le groupe Stellantis, qui détient la marque Citroën, a réalisé depuis ces dernières semaines un rappel massif de véhicules C3 et DS 3, des clients témoignent des difficultés rencontrées pour parvenir à faire réparer leur véhicule, ou bien pour trouver une solution de remplacement.

C'est une annonce qui a été faite par le groupe Stellantis, qui détient les marques Citroën et DS Automobiles, ces dernières semaines. Les propriétaires et détenteurs des modèles C3 et DS 3, fabriqués de 2009 à 2019, situés dans certaines zones méditerranéennes européennes, dont le sud de la France, "doivent arrêter immédiatement l'utilisation de leur véhicule", indique la marque dans un communiqué. Julien Grissault, habitant de Sainte-Maxime, dans le Var, fait partie des propriétaires concernés. Il pousse un coup de gueule sur le manque de prise en charge.

"Aucune idée du délai"

"Cette action de rappel est nécessaire car certains produits chimiques présents dans les gonfleurs de ces airbags Takata peuvent se détériorer au fil du temps, en particulier lorsqu’ils sont exposés à des conditions climatiques chaudes et humides", détaille le groupe. 

"J'ai reçu il y a dix jours un courrier qui datait du 10 mai. J'ai rempli le document nécessaire, mais je n'ai pour l'instant aucune idée du délai, s'agace Julien Grissault, habitant de Sainte-Maxime, dans le Var. Il est propriétaire d'une DS 3 depuis 2013. Un renvoi vers un site internet permet aux personnes concernées de remplir des informations "en vue d'engager les réparations nécessaires".

Il indique avoir contacté plusieurs numéros de téléphone sans avoir de réponse, y compris après s'être rendu directement dans un garage. La prise en charge du formulaire est nécessaire pour pouvoir commander les pièces concernées. Julien Grissault dit être toujours dans l'attente. "Les garages n'ont pas assez de véhicules de prêt. Et on m'a indiqué que la dépanneuse ne pouvait pas être prise en charge pour transporter ma voiture, constate l'intéressé.

Il s'agit pour Julien Grissault d'un véhicule professionnel. L'homme, photographe, vidéaste et droniste utilise actuellement le véhicule de sa mère. S'il indique ne pas avoir été pour l'instant impacté dans son activité professionnelle, il indique ne pas avoir de certitudes pour la suite. "Il y a une inquiétude et un manque de professionnalisme pour une marque comme Citroën", regrette-t-il. 

Sur les réseaux sociaux, d'autres utilisateurs expriment leur inquiétude ou leur mécontentement. "Ta C3 est concernée par la campagne de rappel urgente. Citroën ne t'a toujours pas envoyé de courrier pour ne plus la conduire", indique une autre sur le réseau social Tiktok.

"Le principal problème est le manque de véhicule de prêt"

"Nous avons reçu environ 200 demandes suite à l'annonce, confirme un garage du Vaucluse contacté par téléphone. Le principal problème est le manque de véhicules de prêt. Pour l'instant, nous en sommes à douze véhicules pour lesquels les airbags ont été changés ou qui ont un rendez-vous".

"On va doubler le nombre d'agents qui sont capables de prendre en charge les clients, décrit Thierry Koskas, directeur général de Citroën auprès de nos confrères de BFM Business ce 31 mai. Pour la fabrication des airbags, on fabrique avec un nouveau fournisseur le plus d'airbags possibles, le plus rapidement possible. Pour les solutions de remplacement, on est en train de mobiliser 25 000 voitures en France pour offrir des solutions de mobilités". Il évoque 246 000 véhicules rappelés en France, et 120 000 personnes concernées qui se sont manifestées.  

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité