CARTE. La limitation de vitesse passe de 80 à 90 km/h sur certaines routes du Var, un changement qui divise

À partir de ce lundi 18 septembre, dix routes départementales du Var retrouvent les panneaux 90 km/h. La DN7 et une portion entre Le Muy et Sainte-Maxime sont notamment concernés. France 3 Côte d'Azur détaille pour vous les routes dont la limitation de vitesse change.

Cinq ans après le passage des routes de 90 à 80 km/h, le département du Var fait marche arrière. Une dizaine de routes départementales, soit 175 km répartis sur tout le département, ont retrouvé ce lundi 18 septembre au matin une vitesse limitée à 90 km/h. 

Attention ! Toutes les routes ne sont pas concernées par ce changement de limitation de vitesse. Voici les itinéraires qui passent à 90 km/h :

  • Une portion de 7,5km de la D98 entre Bormes-les-Mimosas et Hyères.
  • 17 km de la D3 entre Rians, Pourrières et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.
  • 9 km de la D2 entre Signes et Le Castelet.
  • Près de 50 km de la DN7 qui traverse le département d'est en ouest.
  • Une partie de près de 20 km de la D43.
  • 18 km de la D97 entre Solliès-Pont et Le Luc.
  • 15 km de la D54 de Chateaudouble au Muy.
  • Un peu plus de 8 km entre Le Muy et Sainte-Maxime.
  • 4 km entre Montauroux et Les Adrets sur la D37.
  • 19,4 km entre Aups et Aiguines sur la D957.

Pour le département, il ne s'agit pas d'universaliser la conduite à 90 km/h à l'ensemble du domaine routier mais d'adapter la vitesse aux itinéraires dont les caractéristiques géométriques, le niveau d'équipements et les dispositifs de sécurité mais aussi la faible accidentologie le permettent.

Service communication du département du Var

Ce lundi 18 septembre, jour de bascule, 155 panneaux ont été changés. Coût de l'opération : 25 000 euros. 

Certains conducteurs voient ce retour en arrière d'un bon œil. "C'est bien, il y a des routes qui méritent qu'on roule à 90 km/h, déclare un utilisateur de la D25. À 80, c'est pénible parce qu'on est sans arrêt en train de regarder le compteur. Et pour ceux qui ne veulent pas, on n'est pas obligé de rouler à 90 mais entre 80 et 90, vous avez une liberté...".

Serge Fabre, président de l'Association motocycliste de sécurité routière (AMSR) basée dans le Var, voit ce changement comme une "excellente chose". "Quand les gens roulent plus lentement, ils peuvent être moins attentifs", assure-t-il. 

"Il y a toujours des gens qui dépasseront quoiqu'on fasse", ajoute-t-il. "Ce n'est pas parce que vous mettez à 80 au lieu de 90 km/h que les gens vont se discipliner. Par contre, je pense qu'il faut être extrêmement sévères avec les gens qui ne jouent pas le jeu."

"Les gens trouveront toujours une raison pour rouler toujours plus vite !"

Un couple de jeunes parents, avec leurs deux enfants à l'arrière du véhicule, sont d'un tout autre avis. "Les gens roulent encore plus vite que 90 km/h alors, selon moi, c'est encore plus dangereux, s'exclame le père. Les gens trouveront toujours une raison pour rouler éternellement plus vite ! 80 c'était très bien !"

"Nous on est absolument contre le retour aux 90 km/h, déclare Hélène Veyron, directrice régionale de l'association Prévention Routière. Notre position est basée sur des chiffres réels : la vitesse est toujours un facteur aggravant des accidents de la route et un des principaux facteurs des tués sur la route." Elle affirme que les chiffres démontrent que sur les routes à 80 km/h, il y a 2% d'accidents mortels en moins qu'auparavant. "Cela peut paraitre dérisoire mais on parle quand même de morts sur la route !"

L'association pointe du doigt que le retour à 90 km/h ne fait pas gagner "significativement" du temps de parcours et crée de la confusion chez les automobilistes. "Cela peut déconcentrer de changer sans cesse de limitation de vitesse et cela peut donc créer des accidents", assure Hélève Veyron.

D'après la préfecture depuis le 1er janvier 2023, 37 personnes ont trouvé la mort sur les routes du Var contre 47 à la même période en 2022.

Cette baisse de 21% se ressent aussi du côté des accidents (564 contre 618 soit -9%) et de blessés (784 contre 841 soit -7%).

En revanche, la préfecture avertit sur la hausse de la mortalité des chauffeurs de deux-roues. Cet été, sept personnes sont décédées contre 4 durant l'été 2022.

Depuis le début de l’année, ce sont 17 motards qui ont été tués.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité