L’ambroisie, dont le pollen est nuisible pour la santé, fait l’objet d’un plan de lutte départemental dans le Var

Publié le

Les espèces d’ambroisies sortent de terre à la faveur du printemps. Cette plante envahissante bien connue des jardiniers est à l’origine d’une poussée d’allergies, à la fin de l’été, que le département du Var compte bien contrer.

Si discrètes, et pourtant tellement présentes. Le retour du printemps fait sortir de terre les jeunes pousses d’ambroisies qui vont croître pour les semaines à venir

C'est en août que leurs fleurs commencent à émettre leur pollen, jugé fortement allergène par le Réseau National de Surveillance Aérobiologique.

Le département du Var et sa préfecture ont ainsi dévoilé un plan de lutte contre les trois espèces d’ambroisies, adopté par arrêté préfectoral le 26 avril dernier, et piloté par l’Agence régionale de santé.

Recensement et arrachage

C’est FREDON PACA, la fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles, qui est chargée de mettre en place un réseau de référents dans chaque commune qui la sollicite.

Et si son développement inquiète, c’est que l’ambroisie est capable de grandir sur bien des sols, tant sur des terrains désertés qu’agricoles, dans les jardins ou les parcs, et même sur les bordures des routes.

La préfecture du Var recommande le signalement de chaque zone infestée :

  • via le site www.signalement-ambroisie.fr
  • sur l'application mobile "signalement-ambroisie"
  • par courriel, à l'adresse contact@signalement-ambroisie.fr
  • par téléphone, au 09.72.37.68.88

Ce plan de lutte contre cette plante est pour le moins abrupte. Il préconise aux particuliers d'arracher purement et simplement les végétaux de ce type qu'ils peuvent croiser, y compris sur les terrains publics, rappelant l'enjeu de santé publique derrière sa prolifération.

Le port de gants de protection est fortement recommandé pour tous ceux qui s'aventureraient à une carrière d'arracheur en herbes. 

Que risque-t-on avec le pollen d’ambroisie ?

Les symptômes allergiques peuvent être déclenchés avec très peu de pollens, et provoquer rhinites, conjonctivites, mais aussi des trachéites, et même l’apparition ou l’aggravation de l’asthme.

Les personnes habituellement sensibles aux pollens sont particulièrement sujettes à ce type de désagréments. Certains pourront même développer pollinose et réactions allergiques au niveau des muqueuses respiratoires et oculaires.

Y compris au niveau cutanée, le pollen des ambroisies peut engendrer eczéma et crises urticaires.

Le RNSA – qui liste les diffusions de pollen sur le territoire français et leurs conséquences pour la santé des habitants des zones concernées -, liste en temps réel l'impact sanitaire prévisionnel des pollens.

La région PACA est actuellement en risque "rouge", élevé, mais cela ne concerne pour le moment que les pollens de bouleaux, chênes, urticacées et autres graminées.

Pas de doute, le printemps est bien arrivé.