Suite à son incendie, le sous-marin Perle va être déplacé de Toulon à Cherbourg pour savoir s'il ira à la casse ou non

En juin dernier, le sous-marin nucléaire Perle, ravagé par un incendie en juin, va être déplacé à Cherbourg où l'expertise devant déterminer s'il convient de le réparer ou non s'achèvera. L'annonce a été faite ce 28 septembre par la ministre des Armées Florence Parly.

Le sous-marin nucléaire Perle lors de son retour d'une mission de trois mois en océan Indien en 2018.
Le sous-marin nucléaire Perle lors de son retour d'une mission de trois mois en océan Indien en 2018. © Gilles Guérin FTV
Le 12 juin dernier un incendie ravageait pendant plus de 12 heures le sous-marin nucléaire Perle. Il était alors en révision à la base navale de Toulon. L'origine du sinistre serait lié à un éclairage, qui aurait entraîné la combustion d'une feuille de plastique.  Une information donnée début septembre par le nouveau chef d'état-major de la marine, Pierre Vandier. 
 
Le 13 juin 2020, à Toulon à la Préfecture Maritime lors de la conférence de presse de la Ministre de la Défense Florence Parly.
Le 13 juin 2020, à Toulon à la Préfecture Maritime lors de la conférence de presse de la Ministre de la Défense Florence Parly. © Patrick Blanchard Maxppp

On apprend ce lundi 28 septembre qu'il va être déplacé à Cherbourg où l'expertise devant déterminer s'il convient de le réparer ou non.
 

Il va être déplacé jusqu'à Cherbourg pour achever l'expertise et nous permettre de décider, d'ici quelques semaines, s'il faut investir pour le réparer ou envisager une solution de remplacement

La ministre des Armées Florence Parly


L'expertise en cours doit notamment déterminer si la "coque épaisse", un alliage épais de plusieurs centimètres et très élastique qui permet au bâtiment de résister à la pression des profondeurs, a été touchée.

Si c'est le cas, le sous-marin pourrait finir à la casse. Une réparation de la portion de la coque épaisse endommagée, si elle était réalisable, signifierait
le remplacement de tout un tronçon de la coque.
     Avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité faits divers