A Toulon, l'hôpital Sainte-Anne teste le caisson hyperbare pour soigner les malades du Covid

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lioult et Eric Ambrosini

Et si l'oxygènation en caisson hyperbare, utilisé traditionnellement dans les accidents de plongée, permettait aux malades du Covid-19 de se rétablir ? C'est l'hypothèse d'un programme de recherche de l'hôpital Sainte-Anne à Toulon. Vingt patients ont été ainsi soignés depuis février dernier. 

Tout savoir sur la course Marseille-Cassis : Course Marseille-Cassis 2022

Le Covid-19 est une maladie qui se manifeste la plupart du temps par des symptômes comme la toux, des courbatures, de la fièvre, une grande fatigue, la perte du goût et de l'odorat.

Certains patients présentent des signes cliniques beaucoup plus graves, avec des difficultés respiratoires pouvant conduire jusqu'à la réanimation. 

Et si l'oxygénothérapie permettait aux malades de respirer mieux, et limitait les effets du virus ? C'est tout l'enjeu d'un programme de recherche, lancé à l'hôpital Sainte-Anne à Toulon.

Le caisson hyperbare au secours des malades

L'oxygénothérapie hyperbare, c'est donc une thérapeutique qui consiste à faire respirer au patient de l'oxygène à une pression supérieure à la pression atmosphérique. Il est placé dans "une chambre hyperbare",  appelée communément caisson. Accidents de décompression, embolies gazeuses, intoxications au monoxyde de carbone, les indications sont  multiples et permettent aux malades de bien respirer.

5 séances par semaine d'1h15 chacune 

Les patients Covid,  après examen clinique détaillé, sont donc soumis à une pression d'un bar, soit l'équivalent d'une plongée à 10 mètres de profondeur en mer.

La séance dure 1h15 et doit se répéter 5 fois par semaine. A chaque fois, le malade respire 100% d'oxygène, ce qui favorise la regénération des tissus pulmonaires atteints par le coronavirus.  

Le virus altère les poumons et empêche qu'il soit bien oxygéné. On va tout de suite aller mieux. Le fait de redonner de l'oxygène à un bon taux dans le corps va inhiber le développement du virus. Il y a un double intérêt, on s'aperçoit que beaucoup de thérapeutiques sont centrés sur l'oxygène.

Pr Jean-Eric Blatteau, chef de l'unité de médecine hyperbare

L'oxygénothérapie comme traitement officiel du covid ? Il est encore trop tôt pour le dire. 20 patients sont passés par le caisson hyperbare depuis le début du programme de recherche.



L'hôpital espère en traiter au minimum une cinquantaine pour pouvoir tirer des conclusions plus avancées.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité