Trois questions sur la "fourmi électrique", cet insecte envahisseur à la piqûre douloureuse repéré en France à Toulon

Cette fourmi orangée, originaire d'Amérique du Sud, n'avait été observée qu'une fois en Europe, dans la région de Malaga en Espagne.

Elle risque de piquer votre curiosité, mais pas que. La "fourmi électrique" a été repérée pour la première fois en France, plus précisément dans le Var, à la fin de l'année. Si elle ne mesure que 1,5 millimètre, cette espèce à la couleur orangée, détectée par un chercheur français, est toutefois une menace pour la biodiversité. France 3 Côte d'Azur vous dit tout sur cette fourmi très particulière.

  • Où cette "fourmi électrique" a-t-elle été repérée en France ?

C'est à Toulon (Var), que Wasmannia auropunctata, "fourmi électrique" ou "petite fourmi de feu", originaire d'Amérique du Sud, a été repérée dans une résidence fermée de bord de mer. C'est l'une des trois fourmis les plus envahissantes du monde.

La préfecture du Var a même demandé à la population de lui signaler toute présence d'insecte afin de lutter contre sa prolifération.

Jusqu'à présent, cette espèce originaire d'Amérique du Sud n'avait été observée qu'une fois en Europe, dans la région de Malaga en Espagne.

Quand Olivier Blight, chercheur à l'Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie à l'Université d'Avignon (Vaucluse) l'a formellement identifiée à Toulon, "on avait déjà affaire à une super-colonie, donc on pense qu'elle est là depuis plus d'un an" .

Probablement introduite " lors d'un transport de plantes", la fourmi a déjà été observée jusqu'à 100 mètres de la résidence.

  • Pourquoi sa présence est-elle inquiétante ?

Wasmannia auropunctata est extrêmement envahissante, même si elle se déplace lentement, car elle cumule "un système de reproduction classique sexuée et une production de reines et de mâles par clonage", explique Olivier Blight. "Sa force, c'est son nombre", insiste le chercheur, qui a fait placer l'espèce sur la liste des espèces préoccupantes pour l'Union européenne.

Sa piqûre provoque "une sensation d'ortie, en plus fort et plus long, puisque ça dure 2-3 heures" et, avec cette arme redoutable, la fourmi électrique peut anéantir des insectes, provoquer la cécité d'autres animaux, et les faire fuir durablement.

En Nouvelle-Calédonie, "dans les forêts qu'elle a envahies, on n'entend plus aucun son d'insecte". En Polynésie française, les autorités ont traité les zones forestières infectées par drone et interviennent une fois par mois au sol.

Chez l'homme, outre des piqûres douloureuses, la fourmi électrique peut provoquer des chocs anaphylactiques chez les personnes allergiques.

  • Comment lutter contre sa propagation ?

Dans les régions qu'elle a envahies, remarque Olivier Blight, "son éradication a des coûts énormes". Ainsi, dans le Queensland (Australie) qu'elle a colonisé depuis 2006, 30 millions de dollars ont déjà été dédiés à la lutte contre cette fourmi.

Après avoir déclaré sa présence aux autorités début septembre, le chercheur souhaite "communiquer au maximum pour sensibiliser le grand public", notamment pour accéder aux résidences voisines du premier foyer détecté.

"On doit faire très rapidement une délimitation précise de la zone d'invasion pour élaborer un plan d'éradication", plaide Olivier Blight, comparant la stratégie à celle mise en place par  les autorités en présence de moustiques-tigre.

(Avec AFP)