Cet article date de plus de 3 ans

5 ans de glyphosate en plus : des agriculteurs du Vaucluse réagissent

L'utilisation du glyphosate est autorisé en Europe pour 5 ans de plus. Cette décision soulage certains agriculteurs du Vaucluse, mais pas totalement. 
Illustration de désherbage chimique
Illustration de désherbage chimique © Christian Watier / Collection Watier/Maxppp
Les mauvaises herbes ont encore du souci à se faire. L'autorisation du glyphosate est renouvelée pour 5 ans au niveau européen. Certains agriculteurs dans le Vaucluse se disent satisfaits de cette demande. Mais en partie seulement.

Joël Reynaud est viticulteur. Pendant des années, on lui a certifié que le produit ne comportait pas de résidus et qu'il était utilisé dans le monde entier. Maintenant, on découvre les résidus. 

Quelle alternative au désherbage chimique ?


Dans le sud de la France, 80% des agriculteurs utilisent encore ce désherbant. Dans le Vaucluse, 8 traitements se pratiquent en moyenne chaque année, contre 23 en Champagne. Sans être de gros consommateurs, les producteurs évoquent des alternatives humaines ou mécaniques. Avec, selon eux, des inconvénients considérables. Les appareils coûtent cher, la main d'oeuvre aussi.

Le temps du glyphosate est compté en France. Les agriculteurs attendent des propositions, des moyens et du temps pour réussir cette transition.

Un reportage de Philippe Fabrègues et Marie Bail :
 
durée de la vidéo: 01 min 33
Réactions d'agriculteurs du Vaucluse sur le Glyphosate
Intervenants reportage :
- Joël Reynaud, viticulteur
- Sophie Vannier, chargé de mission experte des milieux à la chambre d'agriculture

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie institutions européennes politique pollution environnement société santé