Emmanuel Macron à Orange : un appel à la manifestation lancé par les syndicats et organisations de gauche

Emmanuel Macron est en visite à Orange, dans le Vaucluse, ce vendredi, jour de pré-rentrée pour 45 enseignants du lycée professionnel de l'Argensol. Une visite qui n'est pas très bien accueillie par l'extrême droite, les syndicats enseignants et les organisations de gauche. Une manifestation est prévue à la gare d'Orange.

Emmanuel Macron se rend à Orange ce vendredi 1ᵉʳ septembre, fief de l'extrême droite dans le Vaucluse et de la famille Bompard depuis 1995, pour son célèbre déplacement de pré-rentrée scolaire. Syndicats et organisations de gauche appellent à manifester. Quatre des cinq circonscriptions du Vaucluse sont gérées par le RN. 

Quel est le programme du président à Orange ?

Le chef de l’État fait, lui aussi, fait sa rentrée. Il se rend au lycée professionnel de l’Argensol, à Orange, ce vendredi à 11 h 30. En six ans de mandat, il s’agit là de la première visite d’Emmanuel Macron dans le Vaucluse, la dernière visite présidentielle remontant à 2007 avec Nicolas Sarkozy. Il sera en compagnie du ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal et de la ministre déléguée à l'Enseignement professionnel, Carole Grandjean.

Le président s'adressera également à l'ensemble des chefs d'établissements de lycées pro lors d'un webinaire en début d'après-midi.

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il dans un lycée professionnel ?

Durant cette visite, il va notamment faire le point sur le lancement de la réforme des lycées pro, qu’il avait lui-même présentée en mai, à Saintes (Charente-Maritime). Cette réforme vise à transformer des établissements souvent synonymes d'échec scolaire et d'inégalités en "filière d'excellence" à travers une meilleure mise en valeur des formations et une revalorisation de la rémunération des enseignants. Selon l'AFP, l'État va consacrer un milliard d'euros de plus dès la rentrée à la filière professionnelle, afin d'offrir aux élèves des parcours plus attractifs et de "mieux reconnaître l'engagement" des enseignants, souligne l'Élysée.

Dès la rentrée, les jeunes des lycées pro vont toucher une indemnité durant leurs stages en entreprise, à hauteur de 50 à 100 euros par semaine, payée par l'État. Un élève en bac pro cumulera ainsi 2.100 euros pour l'ensemble de son cursus. Le chef de l'État va rencontrer l'équipe éducative de l'Argensol, ainsi que des chefs d'entreprises locales qui embauchent des jeunes issus de ce lycée.

Quelle est la réaction des syndicats ?

Ce déplacement de pré-rentrée n’est pas vu d’un très bon œil dans ce fief de l’extrême droite et de la famille Bompard depuis 1995. Pour Yann Bompard, maire Reconquête d’Orange, "il vient peut-être rechercher, dans ce petit bout de France qui va moins mal qu’ailleurs, les secrets pour que la France soit mieux gérée, a-t-il confié à la journaliste France 3 Provence-Alpes Dalila Iberrakene. Sinon, c’est sans doute pour se dire qu’Orange est un bastion à attaquer".

La CGT, rejointe notamment par la FSU (syndicats enseignants), a appelé à manifester à la même heure (11 h 30, ndlr) à la gare d'Orange, à un kilomètre du lycée, pour protester contre la politique d'Emmanuel Macron.

Au lycée professionnel de l’Argensol, 45 professeurs font leur rentrée ce vendredi. Et les revendications sont très claires : moins de restrictions budgétaires. Le sujet de la réforme des lycées professionnels sera également sur le tapis. Les syndicats des professeurs dénoncent aussi une politique de revalorisation salariale insuffisante face à l’inflation. Ils ne se font aucune illusion sur la venue du chef de l’État dans la cité des princes : "On a un président qui reste assez obstiné, du point de vue idéologique, très dogmatique, et qui, pour le moment, a toujours refusé le dialogue social. On espère qu’à force de mobilisations, de convictions auprès de nos collègues, on commence à faire reculer ce gouvernement sur un certain nombre de sujets éducatifs", déclare Sylvain Bartet, secrétaire départemental FSU Vaucluse.