Trois choses à savoir sur "Tosca" de Puccini, présenté à l’opéra Grand Avignon

C’est l’un des opéras les plus populaires du répertoire italien et il est à (re)découvrir sur la scène avignonnaise les 5, 7 et 9 avril, sous la direction de Federico Santi et dans une mise en scène de Jean-Claude Berutti.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Bienvenue à Rome, ville éternelle qui derrière ses ors et ses chefs-d’œuvre dissimule les plus sordides des complots… C’est à l’image de cette capitale aux deux visages que Puccini composa Tosca, son opéra le plus terrible et le plus flamboyant. Voici trois choses à savoir sur cet incontournable du répertoire lyrique.

Une œuvre majeure tirée d’une pièce avec Sarah Bernhardt


Avant d’être un opéra, La Tosca est une pièce en cinq actes du dramaturge Victorien Sardou, qui met en vedette la grande Sarah Bernhardt. A cette époque, Giacomo Puccini a déjà plusieurs opéras à son actif, dont Manon Lescaut et La Bohème qui connaissent un succès international.

Lorsqu’il assiste à la pièce de Sardou en 1889, Puccini est subjugué par l'actrice et décide de composer un opéra, tiré de ce drame, qui comportera trois actes.

Tosca est créé pour la première fois le 14 janvier 1900 au Teatro Costanzi de Rome. L’audace, la violence qui s’en dégagent suscitent des critiques, notamment en France, mais l’œuvre ne tarde pas à être un triomphe.

Depuis, l'oeuvre est régulièrement jouée dans le monde entier, donnant lieu à des interprétations légendaires. Les plus grandes voix ont incarné Tosca : Maria Callas, Renata Tebaldi, Leontyne Price, Montserrat Caballé… De même, Luciano Pavarotti, Plácido Domingo ou José Carreras ont été d’illustres Cavaradossi.

Une histoire de passion, de jalousie, de trahison sur fond politique

L’intrigue prend place à Rome en juin 1800, durant une période tumultueuse marquée par l'occupation française, et tourne autour de trois personnages principaux : la cantatrice Floria Tosca, son amant Mario Cavaradossi, un peintre aux sympathies républicaines, et le baron Scarpia, chef de la police secrète de Rome.

L'action débute alors que le peintre vient en aide à un prisonnier politique évadé, que Scarpia recherche activement. De son côté, Tosca soupçonne, à tort, son amant d'entretenir une liaison. Exploitant la jalousie de la belle, qu'il rêve de conquérir, le chef de la police imagine une terrible machination pour remettre la main sur le fugitif.

Au fil des rebondissements, amour, jalousie, trahison vont se mêler dans un crescendo émotionnel, jusqu'au dénouement tragique. 

Des thèmes universels, une intrigue et des personnages captivants, une musique puissante et émouvante… Tous les ingrédients sont là pour faire de Tosca un opéra populaire, dont le succès ne s’est jamais démenti. 

Une distribution et une mise en scène au service de cette œuvre intemporelle

La version présentée à l’Opéra Grand Avignon, en coproduction avec Theater Trier, est portée par une équipe talentueuse. Dans les rôles principaux : Barbara Haveman, qui a déjà incarné Tosca à plusieurs reprises, Sébastien Guèze (Cavaradossi) et André Heyboer (Scarpia), trois artistes qui mènent des carrières internationales dans des répertoires d’une grande diversité.

C’est Federico Santi qui assure la direction musicale. Né à Turin, où il a étudié la composition, la direction d'orchestre, le piano et la musique de chambre, ce musicien à large spectre a déjà un répertoire remarquable à son actif, avec plus de 50 opéras.

Enfin, la mise en scène est confiée à Jean-Claude Berutti, qui signe une centaine de productions en Europe, au théâtre comme à l’opéra. Voici ce qu’il confie à propos de Tosca : "Les espaces et la mise en scène n’ont ici qu’un seul but : créer à partir d’images harmonieuses des déséquilibres visuels et scéniques… Un seul exemple : la découverte d’un simple éventail peut faire perdre à la jeune cantatrice tous ses repères… En cela notre "Tosca" sera contemporaine. Pour les costumes, par contre elle sera ancrée dans l’histoire. Les silhouettes seront dessinées avec une extrême stylisation qui les contrastera avec la violence colorée des images mouvantes. Peut-être ainsi pourrons-nous atteindre l’urgence, la rapidité, l’élan qui font de la pièce de Sardou et Puccini une oeuvre unique !"

"Tosca" à l’Opéra Grand Avignon
Durée 2h30. Chanté en italien, surtitré en français.
- Vendredi 5 avril à 20h
- Dimanche 7 avril à 14h30
- Mardi 9 avril à 20h
45 mn avant chaque représentation, l’Opéra propose un éclairage sur le spectacle (entrée libre sur présentation du billet du spectacle).
>> Infos et billetterie