Ce que l'on sait sur les plaintes pour viol à l'Insane Festival d'Apt

L'Insane Festival a été écourté dimanche 13 août après deux plaintes pour viol. Deux agents de sécurité du festival de musique organisé à Apt dans le Luberon sont impliqués dans l'affaire.

La fête a tourné court. L'Insane Festival, qui réunit 54 000 festivaliers à Apt dans le Vaucluse, devait se tenir jusqu'à deux heures du matin dimanche 13 août. Il a finalement été écourté par l'organisation. La raison : deux plaintes pour viol ont été déposées par deux femmes. France 3 Provence-Alpes fait le point sur l'affaire. 

Un agent de sécurité mis en examen pour viol

D'après les informations de franceinfo confirmées par le parquet d'Avignon, deux agents de sécurité sont mis en cause après une première plainte pour viol. Les deux hommes ont été interpellés et placés en garde à vue. L'un d'eux, inquiété pour ne pas avoir agi, n'a pas été poursuivi. Pour le second, une information judiciaire a été ouverte pour viol. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire.

"Nous avions fait appel à une société de sécurité qui travaille avec d’autres événements, et était présente l’an dernier à l’Insane, explique l'organisation du festival sur les réseaux sociaux. Il est inacceptable que deux personnes chargées de s’assurer de la sécurité et du bien-être de tous puissent être mises en cause pour un fait de viol."

Le festival annonce engager des poursuites

"Nous ne connaissons pas ces agents, employés par des sociétés externes que nous sollicitons, poursuit le festival. Mais celles-ci doivent légalement nous fournir plusieurs mois avant l'événement leurs agréments et cartes professionnelles. Nous avions donc ces éléments en notre possession."

L'organisation dit avoir fait appel à une entreprise "spécialisée et reconnue" en qui elle avait "pleine confiance" et affirme "engager des poursuites très prochainement". 

Un festivalier poursuivi pour agression sexuelle

Comme le précise le parquet d'Avignon, il existe deux procédures distinctes dans cette affaire. La deuxième procédure concerne un festivalier poursuivi pour des faits d'agression sexuelle. Il sera convoqué devant le tribunal correctionnel. 

L'organisation pointée du doigt

Les faits se seraient déroulés dans l'enceinte du festival, rapporte l'équipe de l'Insane. Sur les réseaux sociaux, les critiques pleuvent contre l'organisation de l'Insane festival. 

"Le nombre de personnes était beaucoup trop élevé pour la place sur le site. La vérification des bracelets pour le bivouac n’a jamais été faite ! N’importe qui pouvait faire des allers-retours entre le festival et le bivouac", selon une festivalière.

"On a été traité comme du bétail et encore les poules, on leur donne de l'eau quand elles en ont besoin ! Vraiment, c'était dangereux, publie une autre internaute. Pour mon premier festival, je suis vraiment dégoûtée de cette expérience".

Le festival "a choisi de ne pas fermer les yeux"

Dimanche, l'Insane festival devait se dérouler jusqu'à 2h du matin. L'organisation a finalement coupé le son à minuit. Un communiqué a été publié quelques heures plus tard sur Instagram, dénonçant les faits, "quelque chose d'inadmissible". Selon ce communiqué, les victimes ont été immédiatement prises en charge. "Elles ont été accompagnées dans les démarches et leur dépôt de plainte tout au long du week-end."

Face aux critiques, l'organisation se défend : "On est ciblés comme un festival de violeurs. Notre festival défend des valeurs, on en fait une caricature !, s'est exclamé Gwenaël Cadoret, l'un des membres de l'équipe Insane festival. L'équipe du festival a choisi de ne pas se taire, de ne pas fermer les yeux, de mettre en lumière les faits." 

"Nous avons traité les alertes en quelques minutes et nous avons retrouvé les auteurs des faits, ce qui est rare."

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité