Mornas : une chasse à l'homme de 24h, plusieurs blessés, un homme entre la vie et la mort, une gendarme en garde à vue

C'est une histoire à rebondissements : plusieurs blessés dans un BlablaBus et des gendarmes qui tirent sur l'auteur des faits. L'homme, qui a crié "Allah 'akbar", est entre la vie et la mort à l'hôpital d'Avignon. Une gendarme est en garde à vue. Le parquet de Carpentras mène l'enquête.

Personne n'aurait pu croire dimanche matin que tout était lié :

Samedi soir un homme tente de prendre le volant d'un chauffeur d'un bus BlablaCar. A bord, il y a 36 passagers. Il est 21h30, le bus circule sur l'A7, non loin d'Orange, au niveau de Mornas. 12 personnes seront blessées légèrement, une personne hospitalisée en soins intensifs. L'auteur de ce coup de force s'enfuit.

Dimanche, le hasard fait que 2 gendarmes femmes se retrouvent devant l'homme recherché. Elles ne savent pas que c'est lui. L'homme, alors armé d'une barre de fer, se jette sur elles en criant "Allah Akbar". 

Les gendarmes tirent : l'homme d'environ 40 ans, est touché. Son pronostic vital est engagé. Il est actuellement au sein de l'hôpital d'Avignon. Quant aux deux gendarmes, elles sont également blessées.

Ce lundi, une des 2 gendarmes est en garde à vue.

L'enquête est confiée au parquet de Carpentras. L'homme est-il fiché S ? Est-il connu des services de police pour d'autres faits ?

Nous avons eu pour l'instant confirmation de l'identité de l'auteur des faits. Nous attendons les éléments scientifiques"

Hélène Mourges, procureure de Carpentras

"Une évaluation est en cours, sur la base des auditions, d'une des deux gendarmes ainsi que des passagers du BlablaBus" confirme Hélène Mourges, procureure à Carpentras.

La consultation des fichiers n’apporte, pour l’heure, aucun élément sur une potentielle radicalisation.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité