Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : une "profonde tristesse" à Pertuis où la famille de l'une des victimes est touchée

Trois gendarmes ont été tués lors d'une intervention à Saint-Just dans le Puy-de-Dôme, dans la nuit de mardi à mercredi.

Les gendarmes appartenaient à la compagnie d'Ambert (Puy-de-Dôme)
Les gendarmes appartenaient à la compagnie d'Ambert (Puy-de-Dôme) © Richard BRUNEL / MaxPPP

Les forces de l'ordre endeuillées. Trois gendarmes, âgés de 21 à 45 ans, ont été tués et un quatrième blessé par des tirs alors qu'ils étaient en train d'intervenir pour des faits de violences conjugales, près de Saint-Just (Puy-de-Dôme), dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 décembre. Les militaires avaient été appelés pour porter secours à une femme victime de violences conjugales. Elle avait trouvé refuge sur le toit d'une maison.

>> DIRECT. Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : "l'un des événements les plus tragiques" de la gendarmerie nationale, souligne le ministre de l'Intérieur

A leur arrivée, un homme de 48 ans a ouvert le feu faisant trois morts. L'un d'entre eux, l'adjudant Rémi Dupuis, 37 ans, est né à Martigues dans les Bouches-du-Rhône. Mais ses parents, qui vivent à Villelaure, sont très investis dans la ville de Pertuis toute proche et le maire a souhaité leur rendre hommage ainsi qu'à leur fils.

[Solidarité suite au décès de 3 gendarmes] - Le Maire de Pertuis et l'équipe municipale expriment leur profonde...

Publiée par Ville de Pertuis sur Mercredi 23 décembre 2020

Dans un communiqué, le maire de la ville, Roger Pellenc a tenu a exprimé "sa profonde tristesse". "La ville est particulièrement touchée par ce drame, un des gendarmes tués étant le fils d'une famille pertuisienne très impliquée dans la vie associative", ajoute-t-il.

Le maire de Pertuis et l'équipe municipale expriment "leurs sincères condoléances à leurs familles, à leurs proches, ainsi qu'à l'ensemble de leurs collègues gendarmes et s'inclinent devant le courage et l'engagement dont ils ont fait preuve dans l'exercice de leur mission".

Aux côtés de Rémi Dupuis, le brigadier Arno Mavel, 21 ans, et le lieutenant Cyrille Morel, 45 ans, ont aussi perdu la vie lors de cette intervention. Un quatrième gendarme a été blessé, "ses jours ne sont pas en danger", assure le ministère de l'Intérieur. Tous, appartenaient à la compagnie de gendarmerie d'Ambert, dans le département du Puy-de-Dôme.

Le forcené a été retrouvé mort mercredi matin, après plusieurs heures de recherches intensives.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers