Pertuis : la "Zone à patates" évacuée, les opposants appellent à manifester

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laura Cadeau

On les appelle les "Zapatatistes". Ils réclament l’arrêt du projet d’extension de la zone industrielle de Pertuis et occupent, de ce fait, la "Zone à patates" concernée depuis plusieurs mois. Ce mardi matin, la gendarmerie a procédé à leur évacuation forcée. Une manifestation est prévue à 18h00.

"Quand la moitié de l’humanité ne mange pas à sa faim, les pays capitalistes transforment les terres agricoles en parkings de supermarché", poste en commentaire une internaute sur la page ZAP – Zone à patates Pertuis rapportant l'opération des forces de l'ordre ce mardi matin.

On y voit un cliché de l’évacuation des occupants de ce secteur destiné à un projet d’extension de 86 hectares de la zone industrielle.

Opposés à ce projet à l’initiative de la métropole d’Aix-Marseille et du maire de Pertuis, Roger Pellenc, des dizaines de personnes s’étaient installées dans des maisons vouées à la destruction.

La trêve hivernale passée, une décision judiciaire du 20 janvier 2022 les invitait depuis à quitter ces habitations, le tribunal de proximité de Pertuis faisant droit à la requête de l’Établissement Public Foncier (EPF) PACA et ordonnant ainsi leur évacuation.

"Ils sont à l’entrée de Pertuis et le long de la déviation qui passe par la déchèterie" prévient une jeune femme sur les réseaux sociaux. Avant d’ajouter : "Il y a de nombreux barrages."

En réponse à cette évacuation forcée, les opposants organisent une manifestation ce mardi soir à 18h00 au rond-point Herebian de l’hôtel Ibis.

"Apportez votre colère, votre banderole, de l’eau, votre costume du charivari, votre fantôme, votre cazou. Filmez les interventions des forces de l’ordre"? martèle un militant.

26 personnes évacuées "dans le calme et sans incident"

Parmi les habitants des maisons occupées depuis novembre 2021 :Cath. Elle nous confie qu'il s'agissait de mettre un coup de projecteur sur un projet de construction qui s'apparente à une "hérésie"

"Ce sont 86 hectares de terrain agricole qui s'apprêtent à être bétonnés au détriment de la souveraineté alimentaire, de l'urgence climatique et de la biodiversité" s'indigne-t-elle. Avec d'autres militants, elle avait même fait une culture de pommes de terre pour montrer le potentiel de ces terres. 

Désormais, c'est le cabinet de la préfecture du Vaucluse qui suit l'opération d'évacuation "des occupants sans droits ni titres des parcelles de l'Etablissement Public Foncier de Provence Alpes Côte d'Azur, situées chemin de Gourre d'Aure à Pertuis".

"Depuis le mois de novembre 2021, des personnes occupent illégalement ces bâtiments (...). Faute d'un départ spontané de leur part, l'EPF PACA a sollicité, le 4 avril 2022, du préfet du Vaucluse, l'octroi du concours de la force publique afin de mettre en œuvre la décision de justice", indique la préfecture dans un communique de presse.

Toujours selon la préfecture du Vaucluse, 26 personnes ont ainsi été évacuées dans le calme et sans incident. Pour libérer les propriétés visées, la route départementale 956 a été coupée entre le rond-point du Farigoulier (dit d'Alton) et le rond-point René Pagès.

"Personne n'a été traumatisée, seules deux personnes ont été arrêtées car elles refusaient d'obtempérer en dehors des maisons" explique de son côté Cath, zapatatiste. En 2019, son association a porté un recours juridique contre la déclaration d'utilité publique de la création de la réserve foncière. 

Une forte contestation qui dure depuis des mois

Le projet de bétonisation fait couler de l'encre et évolue dans un climat tendu depuis plusieurs mois. La dernière confrontation entre la gendarmerie et les contestataires lors d'un carnaval pour défendre les terres agricoles en a été l'illustration.

Mi-mai, le rassemblement avait dérapé après que certains manifestants du cortège se soient introduits dans une entreprise spécialisée dans la construction d'engins agricoles, fondée par le maire de Pertuis.

Bilan : plusieurs véhicules de la société Pellenc dégradés et une personne placée en garde à vue.

Les opposants au projet d'extension de la zone industrielle n'en démordent pas. Ils appellent à manifester en fin de journée à Pertuis.

"La lutte ne s'arrête pas, on va continuer à rester groupés pour se défendre" affirme Cath. Avant de préciser la nature de leur action : "Nous allons symboliquement faucher le blé qu'on avait planté à notre arrivée dans les maisons."