• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Qui est Maurice Chabert : le nouveau président du Conseil Départemental du Vaucluse ?

Maurice Chabert, nouveau président du Conseil Départemental du Vaucluse. / © Maxppp
Maurice Chabert, nouveau président du Conseil Départemental du Vaucluse. / © Maxppp

C’est à l’issue d’un troisième tour que Maurice Chabert décroche la présidence du département, il obtient 12 voix à égalité avec Max Raspail (PS), il l’emporte au bénéfice de l’âge.

Par Astrid Garaude

Maurice Chabert est le nouvel homme fort du Vaucluse. Âgé de 71 ans, le maire de Gordes, apparenté UMP a été élu Président du Conseil Départemental. Une élection qu'il remporte au bénéfice de l’âge.

Dans le Vaucluse, le scénario promettait d’être serré. La gauche et la droite se retrouvant en parfaite égalité, aucune majorité ne se dessinait. D’autant plus qu’il semblait difficile pour l’une ou l’autre des mouvances de rassembler au-delà de son propre camp. Dans ce cas, c’est le doyen de l’Assemblée qui s’empare du siège, en l’occurrence Maurice Chabert. 

Un jour avant l’élection, conscient de la situation, il avait affirmé à nos confrères de France Bleu Vaucluse, être prêt à prendre ses responsabilités.

Un homme attaché à la ruralité

Professeur à la retraite, Maurice Chabert est maire de Gordes depuis 1983, l’un des villages les plus visités du parc naturel régional du Luberon qui rassemble un peu plus de 2.000 habitants. Village dans lequel il est né et a grandi, il n’a jamais quitté le pays du Luberon. il a dû céder son écharpe à son premier adjoint mercredi. Attaché au territoire du Vaucluse, il est d’ailleurs président de l’Association des Plus beaux Villages de France.
Maurice Chabert est maire du village de Gordes depuis 1983. / © Maxppp
Maurice Chabert est maire du village de Gordes depuis 1983. / © Maxppp
Il se définit comme un "gaulliste de gauche pompidolien", il a commencé son engagement politique au niveau local, élu conseiller municipal en 1971 sur la liste de Justin Bonfils. Il est au conseil général depuis 1994 et a affirmé à plusieurs reprises son attachement à la ruralité. Le nouveau président a milité au RPR jusqu'en 2001, mais n'as pas ensuite adhéré à l'UMP.

Nommé à la tête du septième département le plus pauvre de France (Insee) il pourrait miser sur une "économie culturelle régionale", stratégie qu’il soutenait lors d’un entretien avec nos confrères de Quartiers d’affaires en 2011. 

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus