Vous achetez vos cigarettes en Italie, vous ne pourrez ramener en France qu'une cartouche contre 4 jusqu'à présent

Dans les Alpes-Maritimes, les fumeurs n'hésitent pas à faire quelques dizaines de kilomètres pour acheter leurs cigarettes à Vintimille. Attention ! L'Assemblée nationale vient de voter un amendement pour abaisser les "seuils de présomption de détention commerciale". 
Les addicts à la cigarette le savent : acheter sa consommation en Italie fait faire de grosses économies. Dans les Alpes-Maritimes, nombreux sont ceux qui faisaient le voyage régulièrement  jusqu'à Vintimille pour acheter jusqu'à 4 cartouches par personne.
 
Mais ça, c'était avant ! 
Ce jeudi, les députés avaient à l'ordre du jour le troisième projet de budget de crise. Le gouvernement leur a présenté un amendement qui a été voté. Il concerne la réduction de certains achats autorisés dans les pays voisins avant de les ramener en France.
Pour les cigarettes, plus question de ramener 4 cartouches à la maison après un petit voyage en Italie. Ce sera une cartouche, c'est tout !

Soutien aux buralistes

 

Le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt a mis en avant "un objectif de santé publique" et de "soutien aux buralistes". Il s'agit aussi de "lutter contre la contrebande de tabac".  Il a souligné que durant le confinement dû au coronavirus, "la consommation chez
les buralistes a varié en fonction de l'ouverture ou la fermeture des frontières".
Les buralistes frontaliers "ont connu une très forte augmentation de la consommation" et "le marché noir a souffert", ajoute le président de la commission des Finances Eric Woerth (LR). Confirmation dans les Alpes-Maritimes au moment du confinement.

A Menton, depuis la fermeture de la frontière italienne, on a des hausses de 400 à 500% régulièrement. Certains jours, on monte même à 700%. Les fumeurs achètent de nouveau sur le territoire français.

Pierre Romero, vice président des buralistes.


Confirmation à Antibes avec le buraliste Jean-Luc Trebuchon. Il a expliqué que pendant le confinement il a senti une augmentation très significative au niveau de la vente des cigarettes et du tabac à rouler, avec le retour de certains clients perdus de vue.
 

Donc on se rend compte qu’habituellement, on a un réel manque à gagner avec tout le tabac qui s’achète en Italie.

Jean-Luc Trebuchon, buraliste à Antibes.

Le paquet à 10 euros achetés en France n'a donc pas découragé les fumeurs à stopper leur consommation.
Autre détail non sans importance : cette limitation du nombre de cartouches achetées en Italie rapportera un montant supérieur de taxes à l'Etat.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
italie international consommation économie