• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • SPORT
  • CULTURE
  • ÉCONOMIE

Quand magie et technologie créent l'illusion avec Luc Langevin

Un illusionniste québécois en tournée en France. / © Norbert Cohen / France Télévisions
Un illusionniste québécois en tournée en France. / © Norbert Cohen / France Télévisions

En tournée dans toute la France, le québécois Luc Langevin fusionne science et magie avec son nouveau spectacle "Maintenant demain" et nous propulse dans un monde futuriste. Le Choix Culture vous y téléporte !

Par Véronique Dessoudres

Féru de mathématiques, de physique et d'optique, passionné de magie dès son plus jeune âge, Luc Langevin use d'intelligence et de poésie pour envoûter les spectateurs et créer l'illusion.
"Maintenant demain"
Entre science et magie, un spectacle hallucinant de Luc Langevin. - J-L. Serra / N. Cohen / V. Dessoudres / France Télévisions

Luc Langevin, une star au Canada, s'impose en France depuis quelques années comme représentant de la nouvelle génération d'illusionnistes.
L'univers scientifique fusionne avec la magie pour jouer avec nos sens et notre imagination. Dans une mise-en-scène spectaculaire son numéro de téléportation proche de l'hallucination est autant une prouesse technologique qu'un numéro de mentaliste. 
Pour cet illusionniste la magie s'appuie toujours sur une base scientifique, y compris sur les neurosciences.

"Tous nos sens -la vue, le toucher, le goût, l'ouïe, l'odorat- sont gouvernés par notre système neuronal. Et sont sujets aux erreurs d'interprétation. Ce qui permet à la magie de s'y glisser."


Mais Luc Langevin aime aussi la magie de proximité où il excelle. L'interaction avec le public, le jeu des réparties l'enthousiasment. Son but n'est pas de duper le spectateur mais plutôt de le faire rêver sur le temps et l'espace.

Prenez place c'est "Maintenant demain" !

Prochaines dates :  27 avril à Bethune (Pas-de-Calais)
                               30 avril à Nantes (Loire-Atlantique)
                               2 mai à Tours (Indre-et-Loire)
                               4 mai à Mérignac (Gironde)

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : malgré le retour de la pluie, les cultures peinent à se remettre de la sécheresse