Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé le jeudi à 8 h 50
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Eugène Riguidel, homme de mer et de combats

Eugène Riguidel, homme du Golfe / © Léla Riguidel
Eugène Riguidel, homme du Golfe / © Léla Riguidel

Le navigateur Eugène Riguidel est toujours fan d’aventures. Homme de tous les combats et tous les enthousiasmes, la revue du Chasse Marée lui consacre tout un dossier, à la veille de la semaine du Golfe. Entre Rieuse, et Berder, godille et voile trad, l'homme ne manque pas de ressource.

Par Aline Mortamet

Eugène Riguidel est un gamin du Golfe. Celui du Morbihan dans lequel il est né en 1940. Dans lequel il a découvert ses premiers sentiers buissoniers, sur l’eau évidemment. Toujours entre grèves et îles, tel le Robinson qu’il n’a jamais cessé d’être. Comme il le confie au chasse Marée, bien qu’orphelin de père : « J’ai eu une enfance heureuse, très libre ».

L’Eugène des courses

De la voile, il commence à en faire son métier très jeune. En proposant des convoyages aux bourgeois du Golfe, puis en se faisant homme d’équipage sur des bateaux qui régataient dans le coin. Première course en 1970, celle de l’Aurore, puis la Plymouth Newport, puis d’autres, jusqu’en 1979 où il atteint la gloire : il emporte l’Aurore, alors qu’Eric Tabarly, le grand maestro de cette génération, est concurrent sur un autre bateau.
Après cette victoire mémorable, il fait construire William Saurin, le plus grand trimaran de cette époque. Riguidel ne navigue pas sur des cageots, ni sur des poubelles…

L’Eugène des combats

En 1985, William Saurin est mis en vente. Eugène Riguidel décide de mettre un terme à sa carrière de skipper compétiteur. Marre du star system, il veut vivre en conformité avec ses convictions, et mener à bien les grands combats qui l’animent.
Déjà en 1968, il avait découvert l’ivresse de la contestation. Si se présente comme « un citoyen du monde et un régionaliste ». En 1989, il s’engage dans les Menhirs libres, pour préserver le site de Carnac. Il se lance dans la défense de la langue bretonne et soutient Diwan. Milite contre le nucléaire, mais pour les vasières.

Les vies d'Eugène


L’Eugène des flottilles

En 1990, il avance le projet de monter une école de voile traditionnelle. Même si c’est un échec, l’idée est à l’origine du rachat de La Rieuse, une embarcation traditionnelle du Morbihan. Il œuvre pour le renouveau de la flottille des Guépards du Morbihan, et imagine le championnat du monde de godille.
Comme il l’écrit dans Le voyage idéal: « La Rieuse m’a permis d’assouvir mes désirs de navigation, d’évasion. Il a été un puissant remède contre la déprime ou l’ennui. A la moindre menace, je largue les amarres. Immédiatement, la magie opère : d’un monde devenu hostile, on passe à l’action, on bascule dans l’implacable réalité de la navigation ».

Epilogue

Eugène vient d’accepter d’être le directeur de la course de l’Odyssée des femmes, la course que Florence Arthaud voulait organiser. Il dit qu’il ne savait rien lui refuser. Preuve en est. Riguidel est un homme de passion et de parole. Merci.

Chasse Marée – Mai 2015
10 euros

A lire aussi

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète