publicité

Affaire de Joué-lès-Tours : "il y a eu une altercation avant entre deux jeunes et l'un des policiers"

Les premiers éléments de l'enquête privilégient la piste de l'islamisme radical pour expliquer les motivations de Bertrand Nzohabonayo, l'agresseur du commissariat de Joué-lès-Tours. Depuis samedi dernier, nous avons enquêté pour comprendre si ses motivations étaient uniquement religieuses.

  • France 3 Centre
  • Publié le , mis à jour le
Ce témoin était présent au moment de l'altercation entre les deux jeunes et le policier en civil, la veille de l'agression présumée des policiers au commissariat. © France 3 Centre

© France 3 Centre Ce témoin était présent au moment de l'altercation entre les deux jeunes et le policier en civil, la veille de l'agression présumée des policiers au commissariat.

Des doutes planent dans l'affaire de Joué-lès-Tours. De nouveaux témoignages pourraient suggérer une autre version des faits, qui ne concorde pas vraiment avec celle des forces de l'ordre. 

Je veux que les policiers écoutent les gens qui disent qu'il y aurait pu avoir une altercation avant.

La soeur de Bertrand, Eunice Nzohabonayo s'est exprimée pour la première fois depuis les faits, mardi 22 décembre, après sa garde à vue. Elle tient à comprendre ce qu'il s'est passé avant. "Je veux que les policiers écoutent les gens qui disent qu'il y aurait pu avoir une altercation avant".

Originaire du Burundi, où le frère Brice a été arrêté samedi dernier, la famille Nzohabonayo est de confession catholique. Pour sa famille, Bertrand Nzohabonayo était un jeune homme très calme. Depuis les faits, c'est l'incompréhension pour le père de Bertrand, revenu du Burundi. "Comment mon fils Bertrand s'est retrouvé au commissariat de police de Joué-lès-Tours alors qu'il savait qu'il n'allait pas s'en sortir ?", s'interroge Vénérand Nzohabonayo. La famille, qui va se constituer partie civile dans la semaine, ne croit pas à la radicalisation de Bertrand. 

VIDEO - Le reportage de France 3 Centre, avec des témoignages qui proposent une nouvelle version des faits dans l'affaire de Joué-lès-Tours :
Affaire Joué-lès-Tours

Au départ de l'affaire, une altercation

Selon un témoin qui préfère garder l'anonymat, une altercation entre deux jeunes du quartier et un policier serait à l'origine de l'affaire. Une bagarre qui aurait eu lieu vendredi 19 décembre, c'est-à-dire à la veille des faits. "J'étais au fond du bus et arrivé à l'arrêt Rotière, il y avait un embouteillage. Je suis allé près du chauffeur et là j'ai vu un agent de police en sang, avec l'arcade ouverte". Bertrand Nzohabonayo ne se trouvait pas à Joué-lès-Tours le jour de cette altercation. Il était à Paris, où il accompagnait sa mère qui devait prendre un avion pour le Rwanda à Roissy. Il est revenu en covoiturage le lendemain de l'altercation. 

Selon nos sources, le 20 décembre, Bertrand Nzohabonayo aurait retrouvé sa soeur autour de midi. Il serait sorti en début d'après-midi pour manger un morceau. Le kebab dans lequel il aurait souhaité se rendre se trouve à proximité du commissariat de police de Joué-lès-Tours. Sur sa route, il aurait été interpellé par des policiers désireux de connaître l'identité des deux jeunes de la bagarre de la veille. L'interpellation de Bertrand Nzohabonayo aurait mal tourné, deux policiers sont blessés et Bertrand est abattu par un agent de police.

Un policier de Joué-les-Tours dérape en août 2013

Ghyslain Vedeux, représentant du Conseil Représentatif des Associations Noires d'Indre-et-Loire est formel, le policier qui s'est battu avec les deux jeunes, le 19 décembre, est "celui qui a été condamné il y a un an pour des violences policières".
Gazée
En août 2013, une interpellation musclée à Joué-lès-Tours avait fait réagir. Un policier avait utilisé sa matraque contre une femme, avant de faire usage de sa bombe lacrymogène. En juin 2014, le tribunal a infligé au policier une amende de 1 500 euros dans cette affaire, lui reprochant une garde à vue irrégulière ainsi qu'un usage excessif de la force par l'utilisation de gaz lacrymogène lors de l'interpellation.


L'enquête privilégie la piste de "l'islamisme radical"


Cette nouvelle version des faits, décrite par des témoins, s'oppose à celle des policiers. Selon des sources policières, le jeune homme se serait volontairement présenté au commissariat de Joué-lès-Tours avec un couteau à la main, samedi 20 décembre à 14h. Il aurait porté un coup au visage du policier d'accueil. "Pour "justifier" son acte de folie, le ministre de l'Intérieur et le Procureur de la République de Paris ont insisté sur le caractère "radical" de Bertrand Nzohabonayo qui aurait fait siennes les thèses de DAESH", indique Le Point dans un article publié ce jeudi matin.

Dans un communiqué de presse de Bernard Cazeneuve, datant du jour de l'agression, le ministre de l'Intérieur "condamne l’agression brutale d’un policier à l’arme blanche". Plus tard dans l'après-midi, devant le commissariat de Joué-lès-Tours, il indique aux médias que Bertrand "était connu pour des faits de délinquance mais qu'il n'était pas connu pour des actes terroristes". 

Lundi 22 décembre, le procureur de la République de Paris a donné une conférence de presse où il a expliqué que Bertrand Nzohabonayo "se serait converti à l'islam et se serait radicalisé vers l'âge de 16-17 ans, un an après son frère Brice, dont il était très proche" avant d'ajouter des éléments sur le testament religieux retrouvé lors de la perquisition des domiciles de la soeur et de la mère. Il faut rappeler que Bertrand Nzohabonayo a publié jeudi 18 décembre sur son profil Facebook une photo du drapeau de l'organisation Etat islamique.

L'actu de votre région en vidéo

Onze visages pour un massacre

La jeune photographe tourangelle Isabelle Vieux a rencontré onze survivants du massacre de Maillé (25 août 1944) Où 124 personnes furent tués par l'armée allemande dans ce petit bourg de Touraine. Jeudi 25 août, Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat aux anciens combattants, assistera au 72e anniversaire du massacre de Maillé. Intervenants : Serge Martin, Rescapé du 25 août 1944, Cristiane Guitton, Rescapée du 25 août 1944 et Romain Taillefait Responsable de la Maison du souvenir de Maillé

J.P Brusseau et A.Darblade

© France 3 Centre VDL

les + lus