publicité

Douvrin : un clown interpellé vendredi sera jugé pour violences ce lundi

Un jeune de 19 ans a été interpellé vendredi soir à Douvrin (Pas-de-Calais). Ce qu'il pensait être un jeu -être déguisé en clown- a mal tourné. 

  • EM
  • Publié le , mis à jour le
La friterie sur la place de Douvrin. C'est là qu'ont eu lieu les faits. Clown : image d'illustation. © Google Street View/Montage France 3

© Google Street View/Montage France 3 La friterie sur la place de Douvrin. C'est là qu'ont eu lieu les faits. Clown : image d'illustation.

Vendredi soir, un jeune de 19 ans de Douvrin décide se déguiser en clown. Il porte une perruque, un costume coloré et une pantalon large. Il s'est maquillé le visage en noir avec des bouchons brûlés.

Selon La Voix du Nord, vers 22h, il sort de chez lui. Là, il croise un petit voisin âgé de 6 ans. Il lui fait peur. Selon la maman, son fils n’en aurait pas dormi de la nuit. Le clown continue son chemin et décide de faire peur à d'autres jeunes dans un parc proche. Il fait croire qu'il a une arme en brandissant un bout de bois. 

« J’ai eu la trouille de ma vie », témoignera plus tard un des ados aux policiers béthunois. Les jeunes âgés entre 15 et 17 ans prennent peur et se dirigent vers la friterie de la Place.  Là, le gérant et deux clients se mettent à poursuivre le clown jusqu'à son domicile. Et l'histoire dégénère.

Jugé en comparution immédiate ce lundi

Le clown se démaquille et ressort pour s'expliquer avec le gérant de la friterie. Le ton monte. Le clown sort un pistolet d'alarme. Le gérant de la friterie en sort un autre à son tour. Menaces, invectives... La police arrive, interpelle le clown et le gérant de la friterie. Le jeune "clown" est placé en garde à vue. Selon le parquet, "il n'a pas bien compris la portée de ses gestes". Il a reconnu les faits mais ne les a pas expliqués réellement. Il ne fait aucun doute que le phénomène "clowns" qui a pris une grande ampleur cette semaine dans la région a un lien avec cette histoire. Le Parquet de Béthune rappelle à cette occasion que "faire peur même avec une arme factice" est évidemment passible de poursuites. 

Le jeune de 19 ans a reconnu les faits. Il a été placé en détention provisoire. Ce lundi, il sera jugé en comparution immédiate par le tribunal de Béthune pour violences avec armes avec préméditation. Le gérant de la friterie sera poursuivi pour port d'arme prohibé. 


les + lus
les + partagés