Une fillette de 11 ans agressée à Ouistreham : le maire ne veut plus de migrants dans sa commune

Au bout du quai de Ouistreham, un passage pour l'Angleterre, peut-être... / © France 3 Normandie - Caen
Au bout du quai de Ouistreham, un passage pour l'Angleterre, peut-être... / © France 3 Normandie - Caen

Une fillette a été victime d'une agression près du port. Le maire d'Ouistreham réagit vivement contre l'Etat et assure qu'il ne laissera pas sa ville devenir un Calais bis, alors que la cohabitation avec les migrants se dégradent depuis quelques mois. Mais y-a t-il eu une réelle agression ?

Par Alexandra Huctin

C'est une affaire qui serait restée discrète si le maire d'Ouistreham, Romain Bail n'avait pas convoqué, ce mercredi, la presse dans son bureau. Une conférence de presse improvisée le matin même, où il explique aux journalistes présents qu'il y a eu une agression avec " tentative d'atteinte sexuelle " sur une jeune fille de 11 ans, lundi 11 septembre, près du Port .

Une agression qu'il ne peut tolérer. La jeune fille et ses parents seraient sous le choc et la fillette sous le coup d'une très longue ITT (Incapacité totale de Travail). 

Le maire s'est donc indigné de cette situation et demande à l'Etat ( dans une longue interviw qui suit ) de se resaisir sur une situation qui se dégrade .


"Je suis inquiet car je n'ai vu, ces derniers jours, que monter la peur, et la psychose. Ce sujet des migrants anime quasiment toutes les discussions des ouistrehamais à tout niveau et à tout moment. Je sens bien qu'il y'a une volonté pour certains de se dire que si la réponse ne vient pas de l'Etat, elle viendra peut-être d'eux-même", déclare Romain Bail


Agression sans contact physique et des mots comme " bisous-bisous" ?

Carole Etienne précise dans les colonnes de Ouest France qu'il s'agit d'un mineur de 15 ans ( un adolescent) , d'origine soudanaise : " Il a été interpellé et placé en garde à vue lundi pour agression sexuelle. Après l’enquête, il s’est « avéré qu’il n’y a pas eu de contact physique », déclare la procureure de la République, Carole Étienne. Le jeune homme aurait dit « bisous, bisous ».

Et sans minimiser les faits, elle précise à nos confrères d'Actu.fr 
"On a retenu l’infraction de violence sur mineur de moins de quinze ans. Il n’y a pas eu de contact physique. Le jeune migrant a été confié au conseil départemental et à l’association France terre d’asile."





Romain Bail interpelle l'Etat, dans une conférence de presse donnée ce 13 septembre devant la presse locale 

Voici en intégralité l'interview accordée au journaliste de France 3 Normandie, Laurent Marvyle.
Le maire est vindicatif et dénonce une montée de l'intolérance dans sa commune qu'il n'impute pas à ses concitoyens mais à l'Etat qui n'agit pas dans le dossier "migrants", sur sa commune, grand port transmanche.



- "J'espérais ne jamais atteindre ce point. Mais la situation m'oblige à tirer la sonnette d'alarme un peu plus fort auprès de l'Etat . (...) Depuis un peu plus de deux mois le nombre de migrants n'a cessé d'augmenter à Ouistreham avec un changement clair de la population et d'attitude de cette population. On comprend bien le drame humain qui se joue derrière chacune des vies de ces migrants mais j'ai une population qui ne se sent plus en sécurité. Et la question se pose de savoir quels sont les moyens mis en place par l'Etat pour y répondre. 

- vous estimez que l'Etat ne remplit plus sa mission?

- Je pense qu'à l'heure actuelle l'Etat a su apporter des renforts de gendarmerie, à chaque fois que je les ai demandé ces dernières années. Pour autant, on voit bien que le nombre n'est peut-être pas suffisant, que leur possibilité d'action n'est peut-être pas non plus suffisante. Et la réponse judiciare n'est plus adaptée à la réalité que connaissent les habitants. 


- Si la réponse de l'Etat n'est pas adaptée, vous craignez un dérapage ici à Ouistreham ? 

- Je ne peux pas souhaiter qu'un dérapage ait lieu et que les ouistrehamais fassent justice d'eux-même. Pour autant, je suis inquiet car je n'ai vu, ces derniers jours, que monter la peur, et la psychose. Ce sujet des migrants anime quasiment toutes les discussions des ouistrehamais à tout niveau et à tout moment. Je sens bien qu'il y'a une volonté pour certains de se dire que si la réponse ne vient pas de l'Etat, elle viendra peut-être d'eux-même. 


- Vous ne voulez pas d'une nouvelle jungle à Ouistreham, en tous les cas ?

- Non, très clairement la politique d'un maire qui défend sa ville c'est avant tout de faire en sorte que l'on ne soit pas un nouveau Sangatte, ni Calais. nous avons un ferry transmanche qui est très difficile d'accès pour les migrants et je souhaite bien que l'Etat continue à participer à sécuriser la zone d'accès régulée du port. J'espère que nous n'aurons pas demain à faire en sorte qu'Ouistreham fasse l'actualité nationale et internationale."


L'interview intégrale de Romain Bail, en conférence de presse, ce mercredi 13 septembre 2017 :

Romain Bail interpelle l'Etat

 


La Préfecture du Calvados n'est pas restée longtemps sans répondre : 

Agression à Ouistreham : le torchon brûle entre le Préfet et Romain Bail sur le dossier des migrants

La préfecture du calvados s'insurge des propos tenus par Romain Bail alors que celui-ci critique l'inaction de l'Etat face au dossier des migrants à Ouistreham, après l'agression d'une fillette qui a déclenché la polémique. L'Etat affirme agir sur le terrain.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Du nouveau pour le contournement de Rouen ?

Près de chez vous

Les + Lus