Migrants: et si c'était vous derrière les barbelés?

 Dans At The Border / Frontiere / Na Granici, ce sont les Occidentaux riches qui migrent à la recherche du bonheur.
Dans At The Border / Frontiere / Na Granici, ce sont les Occidentaux riches qui migrent à la recherche du bonheur.

Alors que la problématique des migrants fait la une de l'actualité mondiale, Laurent Rouy, un réalisateur normand, a réalisé un court-métrage qui place les occidentaux riches dans la position de réfugiés. Une inversion des rôles qui vaut au film un succès dans de nombreux festivals internationaux. 

Par Stéphanie Potay

Laurent Rouy est un journaliste réalisateur normand qui vit à Belgrade. Il est également le coscénariste et coproducteur du court-métrage At The Border / Frontiere / Na Granici, un court-métrage qui parle des refugiés mais pas de réfugiés comme les autres. Nous l'avons interviewé. 

Quel est le pitch du film? 

2022: les Occidentaux riches sont devenus malheureux. En fait, il ne reste que très peu de pays heureux, un seul en fait en Europe: la Serbie. Les plus aisés des Occidentaux se souviennent du bonheur et veulent le retrouver d'où une vague migratoire massive d'Occidentaux riches mais malheureux vers la pauvre mais heureuse Serbie. Cette derniere, par peur d'être déstabiliéee, ferme ses frontieres et dresse un mur de barbelés. Dans ce bazar, Arnaud (Arnaud Humbert) jeune francais classe moyenne, veut se rendre en Serbie car il est amoureux de Jelena (Milena Jaksic). Il devra tenter de passer la frontiere clandestinement. Mais la police des frontieres et son chef Milos (Milan Kovacevic) sont là pour arreter les migrants...

Pourquoi cette inversion des rôles? Que dit-elle? 

En tant que journaliste, je travaillais régulièrement sur des histoires de migrants dans les Balkans, et ce, même avant la grande crise de l'été 2015. Le fait d'avoir filmé de vrais migrants et des vrais barbelés aux frontières m'a aide à donner une forme à ce que je voulais mettre dans le film. Même si c est une fiction, certaines scènes sont directement inspirées de la réalité. 

Le but était d imaginer une crise migratoire au cours de laquelle les habitants des pays de destination des migrants soient ceux qui, cette fois, migrent
Le message du film est un rejet de la construction de barbelés aux frontieres. C' est une film qui promeut la liberte de circulation. J espere qu'en mettant le spectateur à la place du migrant, le message sera plus effectif. Le film m' a permit de dire ce que je pensais de la gestion de la crise migratoire par l'Europe. 


trailer At the border


Comment est accueilli le film?
Le film a eu pour l 'instant un succès inésperé. Pour un premier film, nous avons été sélectionnés dans 27 festivals et avons recu 5 prix! Il y a une forte résonnance par rapport à  l'actualite. Le film est sorti quelques jours après le resultat du Brexit. Or,  après le Brexit, on a vu des Britanniques tenter de trouver un pays de rechange, de fuir la Grande Bretagne ou  essayer de se marier àdes ressortissants UE. Il y a eu un phénomène similaire apres l'élection de Trump, lorsque des Americains ont pris d'assaut le site de l'émigration canadienne pour voir s ils pouvaient obtenir un passeport canadien ou démenager dans ce pays.

Ce phénomène de migration de populations aisées essayant de quitter un pays prospère parce qu ils ne s'y sentent plus heureux est complètement nouveau, me semble-t-il. Lorsque nous avions travaillé sur le scénario, cette possibilite ne semblait pas réaliste mais cela nous convenait car le film est avant tout une fable. Pourtant, la réalite n'a mis que quelques jours à nous rejoindre. 

Comment s'est déroulé le tournage? 
Nous avons travaillé avec un budget de 8750 euros, principalement trouvé grâce à un crowdfunding. Avec cette petite somme,  nous avons été 110 à bosser sur le film, 60 en plateau. Tout cela a été rendu possible parce que beaucoup de gens ont aimé le pitch au premier coup d oeil, et aussi parce que le film donnait une image positive, voire flatteuse, de leur pays. Il ne faut pas oublier que la Serbie et l ex -Yougoslavie étaient terre de cinema du temps de Tito. Aujourd'hui, le cinéma en Serbie n'a plus ce niveau mais beaucoup rêvent encore de salles obscures...


A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus