Des oeuvres d'art pérennes créées à l'occasion de la Nuit Blanche 2014

Ephémère par essence, la Nuit Blanche, dont la 13e édition parisienne aura lieu le 4 octobre, sera pour la première fois l'occasion de créer des oeuvres d'art pérennes, pour la plupart signées de grands noms du street art, ont annoncé lundi les organisateurs de l'événement.

© AFP
Huit oeuvres, sur les 42 du parcours officiel, auront vocation à demeurer dans l'espace public: des fresques murales de street artistes comme Vhils, L'Atlas, Yz; et une installation du maître de l'abstraction géométrique François Morellet, sur la façade de l'Institut des maladies génétiques, boulevard du Montparnasse.

La plupart de ces oeuvres pérennes seront créées dans le XIIIe arrondissement dont le maire, Jérôme Coumet (PS), veut faire un haut lieu du street art. Mais "au-delà du XIIIe, c'est tout Paris qui doit devenir la capitale mondiale du street art", a souligné au cours d'une conférence de presse à la gare d'Austerlitz l'adjoint au maire de Paris, chargé de la culture, Bruno Julliard (PS).

D'autres oeuvres resteront visibles jusqu'à la Foire internationale d'art contemporain (Fiac), qui se déroulera du 23 au 26 octobre: ainsi de la sculpture qu'Antony Gormley installera sur la corniche de l'Université Paris I, face au Panthéon, ou du graffiti que Jacques Villeglé apposera dans la cour des départs de la gare d'Austerlitz.

Comme son directeur artistique José-Manuel Gonçalvès l'avait annoncé le 26 juin, cette Nuit Blanche proposera aux promeneurs un "itinéraire de Grande Randonnée artistique", principalement tracé dans les arrondissements de la rive gauche, jusqu'alors relativement délaissés par Nuit Blanche.

Construit autour de "six points de vue" où se concentreront les oeuvres du parcours officiel, cet itinéraire matérialisé par une ligne bleue sera jalonné d'initiatives artistiques indépendantes (off). Une part importante du programme sera consacrée à la performance, avec des artistes issus de la nouvelle génération des arts du cirque et de la danse contemporaine, comme Chloé Moglia ou Aurélien Bory.

Street artiste américain de renom, Mark Jenkins sèmera tout le long du parcours ses sculptures hyperréalistes mettant en scène des personnages anonymes dans des postures insolites.

Les voûtes majestueuses de la nouvelle gare d'Austerlitz accueilleront une spectaculaire installation visuelle et sonore de Pablo Valbuena, tandis que les Frères Chapuisat investiront une des cours de l'Hôpital Necker avec une monumentale sculpture en bois. Parc André Citroën, place aux danseurs, avec un grand bal populaire orchestré par Jeff Mills, pionnier de la musique techno.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nuit blanche art concerts culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter