Qui sommes-nous ? Les docs en Île-de-France

Logo de l'émission Qui sommes-nous ? Les docs en Île-de-France

“Sous la capuche”, 10 ans après les émeutes de 2005

D’après un sondage, les banlieues souffrent toujours d’une image négative / © France3 Paris
D’après un sondage, les banlieues souffrent toujours d’une image négative / © France3 Paris

Le 27 octobre 2005, deux adolescents de Clichy-sous-Bois, Zyed Benna et Bouna Traoré, meurent électrocutés dans un transformateur EDF. Une énorme vague d'indignation suit. Quels changements depuis 2005 ? Et aujourd'hui, quels défis restent à relever dans les quartiers populaires?

Par France 3 Paris IDF

Revoir l'émission

Visage masqué par son couvre-chef le premier interlocuteur débite une quantité d'énormités caricaturales, quelques secondes plus tard, le vrai discours commence. A travers trois portraits d’habitants de Clichy sous-bois et Villepinte nous proposons notre regard sur les quartiers dits "populaires".
Des habitants qui relèvent la tête et sont attachés à leurs villes , témoins à la fois des changements de leurs cadres de vie et de l’inertie des esprits sur de nombreuses questions de société. Rapports entre police et citoyens, immigration, discrimination...Est-il possible de trouver sa place quand on vit dans un quartier souvent stigmatisé et qu'on a des origines étrangères?

En 2005 trois semaines de révoltes avaient embrasé les banlieues de plusieurs villes françaises. Partie de Clichy sous-bois cette colère fut déclenchée par la mort de deux jeunes adolescents Zyed Benna et Bouna Traoré électrocutés dans un transformateur EDF lors d’une course poursuite avec la police. 11 ans plus , une intervention violente des forces de l’ordre à Aulnay sous-bois soulève une nouvelle vague d’indignation. Quels changements depuis 2005 ? Quels défis restent à relever dans les quartiers populaires? Un documentaire de Mathieu Caillaud et Alexandra Marie journaliste installés à Bobigny en Seine Saint Denis pour France 3 Paris Ile de France depuis 2011.

Pour le CIO, “c'est extrêmement compliqué de trouver des faiblesses” dans la candidature parisienne