A plus d’1 % des voix, le Parti animaliste réussit ses premières législatives

Dans la 4ème circonscription de Paris comme partout en France, le Parti animaliste a misé sur un chaton comme tête d'affiche pour sa campagne des législatives.  / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Dans la 4ème circonscription de Paris comme partout en France, le Parti animaliste a misé sur un chaton comme tête d'affiche pour sa campagne des législatives. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Créé il y a moins d’un an, le parti antispéciste obtient plus d’1 % au niveau national, pour sa première participation aux élections législatives. En Île-de-France, le mouvement politique qui défend la cause animale obtient jusqu’à 1,86 %.

Par Pierre De Baudouin

En tout, 63.637 Français ont adopté un vote « animaliste ». Pour sa première participation, le Parti éponyme se félicite de son score aux législatives : 1,10 % des suffrages au niveau national.

Un résultat satisfaisant pour le mouvement centré sur la défense des droits des animaux, né il y a à peine sept mois en novembre 2016.
Si le parti atteint jusqu’à 2,87 % en Haute-Corse, les scores à Paris et dans la région francilienne se révèlent aussi encourageants.

1,86 % dans les Yvelines

En Île-de-France, 38 candidats animalistes concouraient au premier tour. Au niveau du pays, ils étaient en tout 147 représentants, sur 577 circonscriptions.
  • Paris. Dans la capitale, Sylvain Perret obtient 1,59 % des voix dans la 18ème circonscription.
  • Yvelines. Représentés par Jean-Luc Dené, les animalistes reçoivent 1,86 % dans la 5ème circonscription : leur plus gros score en région francilienne.
  • Essonne. Dans la 2ème circonscription, mais aussi la 4ème, le parti rassemble 1,59 % des votes.
  • Hauts-de-Seine. Dans la 9ème circonscription, Talia Delahaye réunit 1,84 % des électeurs.
  • Seine-Saint-Denis. Dans la 7ème circonscription du département, le parti antispéciste termine à 1,21 %, avec Thierry Porro.
  • Val-de-Marne. Le résultat pour Sylvie Gackière, candidate dans la 8ème circonscription : 1,71 %.
  • Val-d’Oise. Pascal Beuret, qui concourait dans la 3ème circonscription, termine à 1,61 % des suffrages.
Le seuil d’1 % est critique, puisqu’il permet de capter une aide publique d'1,42 euros par an, et par voix obtenue.

Le Parti animaliste – en passant le cap – va ainsi pouvoir toucher plus de 90.000 euros au total. De quoi prendre du poil de la bête, et des ressources financières essentielles avant les élections européennes.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Les employés du Bricorama d'Orgeval inquiets du rachat par Les Mousquetaires

Près de chez vous

Les + Lus