Ils seront 104 athlètes français à s'envoler pour la Corée du Sud. Skieurs, surfeurs, patineurs, 104 sportifs qui défendront les couleurs de la France et qui essaieront de décrocher un maximum de médailles lors des Jeux Olympiques de Pyeongchang. Pour faire partie de la délégation française, tous ont dû travailler dur et faire leurs preuves. L'une de nos équipes a suivi plusieurs de ces champions, à l'entraînement, pendant 4 mois. Comment se préparent-ils, quelles sont leurs motivations ? Reportage dans les coulisses de l'exploit avec Tessa Worley, Kévin Rolland ou encore Adrien Théaux. 
 
 
 

La préparation physique

 
 
Albertville, fin septembre 2017. A 4 mois des jeux, les champions qui rêvent de médaille olympique et d'abord d'une qualification, s'entraînent déjà dur. Nous sommes au centre national d'entraînement basé dans la ville des JO de 1992 et pour le freestyler Kévin Roland, médaillé de bronze aux derniers JO, la préparation physique est un mal nécessaire. Juchés sur un vélo, un masque sur le visage pour les priver d'oxygène, les athlètes sont poussés dans leurs derniers retranchements.



 

L'entraînement

 
 
Après des mois entiers en gymnase, les skieurs retrouvent enfin leur élément, la neige. Rechausser les skis, goûter à nouveau aux joies de la glisse, Adrien Théaux, membre de l'équipe de France de ski et Kévin Rolland, freestyler en rêvaient depuis longtemps. En ce mois de novembre, le physique est affûté et ce sont les réflexes de course qu'il faut travailler. Certains rêvent de JO et peu à peu, la pression monte.

 
 
 

Les sacrifices

 
 
Briller et décrocher une médaille, ou tout simplement participer aux JO, la quête olympique exige des sacrifices. L'éloignement est le premier d'entre-eux et les moments à la maison pour les champions sont rares. Qui plus est, même les efforts et les sacrifices ne sont pas toujours synonymes de succès. 

 
 
 

La pression

 
 
A deux semaines des Jeux olympiques, les athlètes sélectionnés sont désormais plus que jamais concentrés. Le stress, l'anxiété, chacun les gère à sa façon : l'expérience, le travail ou l'insouciance.