Le 15, un numéro à appeler seulement pour une urgence

© Pixabay
© Pixabay

Pour éviter de surcharger les services ou les numéros d'urgence, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble conseille de contacter son médecin ou un pharmacien pour les soins moins urgents.

Par Françoise Guais

Des temps d'attente très longs et une prise en charge loin d'être optimale : actuellement, le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes fait face à une augmentation massive du nombre d'appels au Centre 15 et du nombre de patients arrivant en urgence avec des pathologies lourdes.

La saturation des urgences est-elle due à la saison des fêtes?


En partie, oui, du fait de l’absence de certains médecins généralistes. Mais l’épidémie de grippe joue un grand rôle dans cette augmentation. Elle touche notamment des personnes âgées et fragiles qui nécessitent une évaluation et parfois une surveillance hospitalière.

En moyenne, le service des urgences (pour les adultes) du CHU accueille 150 personnes par jour. Actuellement on comptabilise 170 passages quotidiens, en grande partie des personnes âgées avec difficulté respiratoire. 


Pourquoi y a-t-il plus d'appels en ce moment au Centre 15?


L’augmentation d’appels est multifactorielle en cette période de fin d'année :  fermeture de nombreux cabinets médicaux en cette période et épidémies (grippe, gastro-entérite aiguë, etc). Elle porte beaucoup sur la médecine générale (80 % des appels).

Mais elle est aussi structurelle : le nombre d’appels de médecine générale continue à augmenter chaque année, comme dans tous les Centres 15 de France. Quelques explications : le boom des sports de pleine nature ou encore l'augmentation des pathologies cardiaques (infarctus) et neurologiques (AVC).

Depuis la mi-décembre, le Centre 15 reçoit près de 2 000 appels par jour et jusqu’à plus de 2 500 le samedi ou le dimanche. En 2015 on recense 450 000 appels téléphoniques. L’année 2016 devrait finir à pas loin de 500 000 appels.

Dans quels cas peut-on se tourner vers le médecin ou le pharmacien?


Impossible de donner des exemples, chaque cas est particulier. Mais on peut penser qu'un patient de moins de 60 ans sans antécédent, avec fièvre et gêne respiratoire n’empêchant pas les actes de la vie quotidienne (se déplacer dans son logement, prendre sa douche par exemple) peut consulter un médecin généraliste plutôt que de se rendre aux urgences.

S'il ne s'agit pas d'une urgence absolue, le CHU vous recommande donc de prendre le temps d'appeler votre médecin traitant ou de discuter avec un pharmacien avant de vous précipiter aux urgences ou de composer le 15.



Sur le même sujet

Les + Lus