Procès Soares: 17 ans de réclusion criminelle

Maître Ripert en pleine plaidoirie devant sa cliente Denize Soarès. / © Christophe Busti pour France 3 Alpes
Maître Ripert en pleine plaidoirie devant sa cliente Denize Soarès. / © Christophe Busti pour France 3 Alpes

Le jury est allé au delà de la peine requise par le procureur. Denize Soares a été déclarée coupable de l'assassinat de son compagnon, Sébastien Brun. Epilogue d'un procès qui a débuté le 15 octobre dernier.

Par Ana Koroloff

A l'issue de 4 heures de délibéré, le verdict est tombé: 17 ans de réclusion criminelle pour assassinat.

Les faits remontent à 2004 le corps du compagnon grenoblois de Denize Soares avait été retrouvé après des années sans nouvelles dans une carrière de sable au Brésil.

Les jurés l'ont reconnue coupable d'assassinat, escroquerie, faux et usage de faux et administration de substances nuisibles. Elle encourait la réclusion criminelle à perpétuité.

Absence de preuve matérielle

Pour Maître Joëlle Vernay, l'un des avocats de la défense, "le doute n'a pas profité à l'accusée". Pendant le procès, cette brésilienne de 43 ans n'a cessé de nier son implication dans le meurtre de Sébastien Brun, allant jusqu'à dénoncer son frère.

Auditionné depuis le Brésil, ce dernier avait nié à son tour être responsable de la mort de Sébastien Brun. 

En l'absence de preuve matérielle, la défense avait plaidé l'acquittement au bénéfice du doute. Le rapport d'expertise brésilien ne permettait pas d'affirmer avec certitude si les doses massives de cyanure retrouvées dans les os de Sébastien Brun avaient pour origine un empoisonnement ou une contamination post-mortem par l'environnement.

Denize Soares est restée impassible à la lecture du verdict. La mère de la victime en revanche a fondu en larmes. "C'est la vérité judiciaire qui est rendue à M. et Mme Brun. Cela faisait huit ans qu'ils attendaient cette vérité judiciaire, a commenté Maître Alice Nallet, avocate des parents de Sébastien Brun.

L'avocat général avait, lui, mis en avant les nombreuses versions contradictoires de l'accusée.

Denize Soares a 10 jours pour faire appel.


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus