3 questions sur le malaise des pompiers en Isère

Depuis la mi-octobre, les actions se multiplient dans les casernes iséroises. But des pompiers: attirer l'attention sur leur sort encore flou. Joint par téléphone, le sergent Dubois, en poste à Vienne, explique le malaise des soldats du feu.

© David Dubois
David Dubois du Syndicat Autonome des Sapeurs Pompiers Professionnels et des Personnels Administratifs et Techniques à la caserne justifie le mouvement qui embrase les casernes depuis une quinzaine de jours.

On veut simplement savoir ce que nous allons devenir. Depuis le 1er mai 2012, un règlement qui réforme les statuts des sapeurs pompiers professionnels est entré en vigueur. Cela fait 6 mois et nous ne savons toujours rien de l'application de cette réforme, les mesures transitoires ne sont pas annoncées. Dans les départements voisins les choses sont claires mais en Isère notre avenir est inconnu.

Nous ne demandons pas d'argent en plus, mais simplement que l'on arrête de gaspiller les fonds publics. Depuis des années, des dizaines de sapeurs pompiers ont été formés pour obtenir un grade mais, avec l'entrée en vigueur du décret, ni le grade ni la fonction n'est accessible à ceux qui ont pourtant reçus les formations. Au lieu de mettre 10 ans pour prendre un grade on va maintenant en mettre 20. Cette réforme contre laquelle on s'est battue doit être appliquée par des mesures transitoires claires.

Depuis 15 jours que ça barde dans les casernes, la direction a fini par se rendre compte qu'il y avait un problème. Une réunion est organisée demain (mardi 6 novembre) avec les états majors et les élus du conseil administratif du Sdis. Nous attendons de cette rencontre de savoir ce que nous allons devenir. (Finalement nous avons appris que la réunion a été annulée, les pompiers ont eux décidé de manifester devant le SDIS).

© David Dubois

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter