Cet article date de plus de 8 ans

La SNCF lancerait sa nouvelle offre de TGV low-cost début avril

Une nouvelle offre de TGV low-cost intitulée "OUI GO" devrait être lancée début avril par la SNCF. Elle desservira Lyon- Saint-Exupéry et proposera des places à moins de 25 euros sur l'axe Paris-Lyon-Marseille-Montpellier.    
La nouvelle offre de TGV à bas prix, que la SNCF dit préparer, devrait être lancée le 1er avril prochain sous le nom d' "OUI GO", a indiqué mardi RTL. Contactée par l'AFP, la SNCF n'a pas souhaité faire de commentaire mais a confirmé qu'elle lancerait bien une nouvelle offre de TGV Eco dans le courant du premier semestre 2013.

La directrice générale de SNCF Voyages, Barbara Dalibard, avait indiqué en juin dernier que le groupe travaillait à l'élaboration d'un TGV low-cost dans le cadre d'une "meilleure segmentation de l'offre, en examinant attentivement les besoins exprimés par les différents clients". Dans ce cadre, la compagnie ferroviaire proposera chaque année un million de places à moins de 25 euros sur l'axe Paris-Lyon-Marseille-Montpellier. Ces TGV low-cost, de couleur bleu clair, transporteront 20% de voyageurs en plus avec moins d'espace pour les bagages, explique encore la radio, sans citer ses sources.

 

Des rames plus denses

Quatre rames doubles à deux étages effectuant huit ou neuf trajets par jour entre Marne-la-Vallée-Lyon-Montpellier ou Marseille, pourront transporter 1.200 passagers chacune en classe unique, contre 1.000 pour une rame classique entre la première et la deuxième classe, avait indiqué Mme Dalibard.

Ces trains ne disposeront pas de voiture-bar mais les sièges spécifiques seront aussi larges qu'actuellement, et pourront accueillir un bagage en dessous. Les passagers devront embarquer depuis des gares périphériques comme Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) ou Lyon-Saint-Exupéry (Rhône), configuration permettant à la SNCF "de réaliser une économie de 30% sur l'utilisation de la voie car chaque TGV sera immédiatement sur la ligne à grande vitesse et cela lui fera gagner du temps", avait précisé la dirigeante.

Un point critiqué par les associations d'usagers qui relèvent que les voyageurs devront supporter un coût et un temps de trajet additionnels pour se rendre dans ces gares excentrées, en taxi ou en bus par exemple.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf transports