On parle des écoles de montagne au Sénat

Le sénateur UMP de l'Isère Michel Savin a posé une question sur les écoles de montagne à la ministre chargée de la réussite scolaire. Cette dernière promet un rappel à l'ordre sur ce sujet. Extrait de l'échange.

M. Michel Savin : "La circulaire du 30 décembre 2011 réaffirme la nécessité de garantir l'égalité des chances pour les élèves des écoles de montagne. Comment imposer tous les jours deux heures de trajet à des enfants de maternelle ? Or, cette circulaire est très inégalement appliquée. Qu'entend faire le Gouvernement ?"

Mme George Pau-Langevin, ministre déléguée auprès du ministre de l'éducation nationale, chargée de la réussite éducative : "M. Peillon et moi-même sommes très attachés au maintien d'une école de qualité à la montagne comme à la campagne. Ainsi que l'a affirmé la loi Montagne en 1985, les spécificités de la montagne exigent une politique spécifique : la concertation suivie entre l'académie et les autorités locales permettra d'apprécier l'évolution des effectifs et le développement de l'outil incomparable qu'est internet. Je demanderai aux recteurs de veiller à la bonne application de la circulaire de 2011, notamment dans les écoles maternelles sacrifiées par le gouvernement précédent. Nous voulons une école plus juste pour tous les territoires". Fin de l'échange.

Une réponse qu'élus et parents d'élèves, habitant en montagne, ne manqueront pas d'imprimer avant la prochaine carte scolaire ! Cette spécificité montagnarde a déjà été avancée à de multiples reprises par des parents en Savoie, sans forcément être suivie d'effets.


L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité