Cet article date de plus de 8 ans

Lancement de la 28e campagne d'hiver des restos du Coeur sur fond d'inquiétude en Auvergne

Ce lundi 26 novembre marque le début de la 28e campagne d'hiver des Restos du Coeur. Aide européenne incertaine, nombre des bénéficiaires qui explose, problèmes de locaux... C'est l'inquiétude pour les restos en Auvergne.





C'est la cohue dans les centres de distribution des restos depuis ce matin
C'est la cohue dans les centres de distribution des restos depuis ce matin
C'est parti pour 4 mois: du 26 novembre au 17 mars, les bénévoles des restos du Coeur vont distribuer des vivres aux plus démunis. Dans le Puy-de-Dôme, 23 centres doivent ouvrir cette semaine. Mais déjà, tout est prêt dans les antennes du département : les aliments et les produits sont stockés, prêts à être donnés.  À l'hiver 2011, 115 000 000 de repas avaient été distribués dans toute la France et dans le Puy-de-Dôme, 7000 personnes ont été accueillies. Le problème qui se pose cette année, c'est que le nombre de bénéficiaires devrait exploser, car les inscriptions ont grimpé de 60%, ce qui inquiète beaucoup les bénévoles. Et comme un problème n'arrive jamais seul, l'aide européenne, précieuse risque de disparaître. Ce programme européen d'aide aux plus démunis, qui permet de distribuer des repas à 18 millions d'Européens dans le besoin, dont 4 millions de Français, par le biais des associations, devait être discuté vendredi à Bruxelles dans le cadre du budget européen, mais les dirigeants ne sont pas parvenus à un accord. Selon le président national des Restos, Olivier Berthe, cette aide européenne représente 23 % des repas distribués et 15 % de ses ressources.
Faute de place, les bénévoles accueillent les nouveaux bénéficiaires dans les couloirs à Clermont-Ferrand
Faute de place, les bénévoles accueillent les nouveaux bénéficiaires dans les couloirs à Clermont-Ferrand © Kamel Tir

En Auvergne, le président de l'antenne du Puy-de-Dôme Michel Mounet le dit clairement: "il nous faut de l'argent! Il nous faut des mêtres carrés!" Selon lui, les 4 centres de distribution de Clermont-Ferrand  accueillent à eux-seuls l'équivalent des 18 autres du département. En effet, l'augmentation du nombre des bénéficiaires pose un réèl problème de locaux. A Clermont-Ferrand, on improvise des bureaux d'inscriptions dans les couloirs, faute de place.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société solidarité