Cet article date de plus de 8 ans

Dans le Cantal, un Go-Fast version "sanglier"

Il y a quelques jours, à Brageac dans le Cantal, quatre hommes ont été arrêtés par les gardes de l'Office de la Chasse alors qu'ils lâchaient des sangliers d'élevage en pleine forêt. Ils utilisaient une méthode adaptée des Go-Fast, très prisés des trafiquants de drogues.
Il y a quelques jours, dans le Cantal, quatre hommes ont été arrêtés par les gardes de l'Office de la Chasse alors qu'ils lâchaient des sangliers d'élevage en pleine forêt, à Brageac. Un lâcher clandestin qui peut être extrêmement dangereux car ces sangliers, imprégnés par l'homme, auront tendance à s'approcher des habitations et causer d'importants dégâts.
 
Récemment, des agents de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ont pris en filature deux voitures transportant quatre chasseurs et deux laies. A l'image des go-fast, ces convois utilisés par les trafiquants pour transporter de la drogue, un premier véhicule ouvrait la route pour vérifier l'absence de contrôle de police. Quelques minutes plus tard, un deuxième véhicule transportant les sangliers a suivi le même chemin pour ensuite remettre les animaux dans la nature. Les chasseurs n'ont pas vu les agents qui les surveillaient grâce à un casque à vision nocturne et ils ont été interpellés en flagrant délit.
 
Ces chasseurs locaux auraient acheté les deux laies dans le département du Lot. On estime à deux cents le nombre de sangliers lâchés clandestinement chaque année dans le département du Cantal.

Agrandir le plan

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers chasse nature