Ligue 1 - Lyon et Saint-Etienne, deux dynamiques opposées

© Jorge Guerrero AFP
© Jorge Guerrero AFP

Lyon (3e), qui joue à Reims ce dimanche 7 avril, et Saint-Etienne (4e), qui reçoit Evian/Thonon le même jour, sont sur deux dynamiques opposées et se retrouvent désormais directement en lutte pour le podium de la Ligue 1, l'OL ayant perdu la 2e place il y a huit jours

Par Isabelle Gonzalez avec AFP

Trois points seulement séparent désormais les deux clubs avec une différence de buts favorable aux Verts (+25 contre + 17) alors que le derby est programmé pour ce dernier week-end d'avril à Gerland.

 / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Des trajectoires inverses
Lors de la dernière journée, Lyon, battu à domicile par Sochaux (2-1), a enregistré son quatrième match consécutif sans victoire pendant que les Verts, bien qu'accrochés à Troyes (2-2), restent invaincus en 2013.
En mars, l'OL a pris seulement deux points sur douze quand l'ASSE a gagné une fois pour trois résultats nuls (6 pts).

Un calendrier en question  / ©
Eliminé d'entrée en coupes nationales et dès les 16es de finale de l'Europa League, Lyon n'a plus qu'un match par semaine depuis le 21 février. L'entraîneur Rémi Garde y voit l'avantage de pouvoir bien se préparer pour chaque rencontre et la possibilité de progresser par l'entraînement. Il a néanmoins admis vendredi (04/04) que ceux qui ne jouaient pas étaient forcément déçus et que l'implication des joueurs était, en conséquence, inégale.
A l'inverse, les Stéphanois, qui n'étaient pas européens en début de saison, sont toujours en course en Coupe de France et préparent la finale de la Coupe de la Ligue, le 20 avril. Les matches s'enchaînent, certes, mais la dynamique est positive et le groupe reste bien concerné.

Les courbes croisées des attaques
Brandao et Aubameyang ont encore été les deux buteurs stéphanois à Troyes (2-2).
Ils représentent 27 des 50 buts des Verts, 2e attaque de L1. Les joueurs de Christophe Galtier ont inscrit 26 buts sur les 11 dernières journées contre 24 sur les 19 rencontres aller grâce notamment à Brandao, qui a marqué sept de ses dix buts depuis Noël, et au regain d'efficacité d'Aubameyang, muet du 20 octobre à la trêve.
A l'inverse, l'inefficacité de Lisandro et Gomis pèse depuis janvier sur les résultats de l'OL qui conserve néanmoins la 3e attaque de L1 (49 buts dont 22 pour le duo d'attaquants).

L'ASSE défend mieux
L'équipe stéphanoise a aussi la 2e défense de la L1 avec seulement 25 buts encaissés contre 32 pour l'OL (6e), dont l'efficacité défensive a baissé lors de la phase retour, en même temps qu'apparaissaient ses carences offensives.
La charnière des Verts, composée le plus souvent de Perrin et Bayal Sall, semble d'ailleurs plus sûre que le duo Bisevac-Lovren, ce dernier est d'ailleurs écarté pour le match de ce dimanche).

Les clés du milieu
Saint-Etienne défend et attaque bien grâce à son entrejeu. L'arrivée de Bodmer fin janvier a donné plus d'alternatives à Galtier qui n'utilisait auparavant que quatre joueurs, plus travailleurs qu'artistes.
L'OL a été très performant au milieu lors de la phase aller, terminée avec la 4e défense de L1 (17 buts encaissés) et la 2e attaque (33 buts). La baisse de régime de Malbranque, exceptionnel à l'automne, coïncide avec l'inefficacité du club rhodanien dans les deux surfaces alors que Gonalons, seul joueur de ce profil dans l'effectif, paraît s'essouffler. Garde doit trouver la solution dans ce secteur.
Chez les Verts, la position de sentinelle de Clément était primordiale avant sa grave blessure (double fracture tibia-péroné) contre Nice, le 2 mars. Depuis, Saint-Etienne n'a pas gagné et vient de prendre six buts en trois matches. Son remplacement par Guilavogui est l'une des clés de la fin de saison de l'ASSE tout comme l'issue de la finale de la coupe de la Ligue contre Rennes, huit jours avant le derby.

Sur le même sujet

Les + Lus