Cet article date de plus de 8 ans

Tuerie de Chevaline: les enquêteurs lancent un appel à témoins

Mardi 30 avril, les gendarmes en charge de l'enquête sur la tuerie de Chevaline ont lancé un appel à témoins auprès de toute personne qui "connaîtrait ou aurait pu entrer en contact avec un ou plusieurs individus ayant circulé" dans un 4X4 vu à proximité du lieu du crime.
Une centaine d'enquêteurs font l'objet ce samedi de prélèvements ADN
Une centaine d'enquêteurs font l'objet ce samedi de prélèvements ADN

Près de huit mois après le début de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline, un appel à témoins a été lancé dans les médias français ainsi que sur la BBC afin de retrouver les occupants d'un 4X4  BMW X5, gris (ou de couleur foncée pouvant s'y apparenter). Le véhicule, avec conduite à droite, a été vu circulant le long de la Combe d'Ire, le 5 septembre 2012, jour du crime, "entre 15h15 et 15h30". Soit peu de temps avant la découverte des corps. Les gendarmes sont à la recherche de personnes qui connaîtraient les individus ayant circulé à bord de ce véhicule dans l'agglomération d'Annecy, les jours précédents ou suivants la date des meurtres. "Les occupants de ce véhicule sont recherchés comme témoins, ils ne sont pas nécessairement les auteurs présumés du crime", a précisé un officier de la gendarmerie.

Le numéro vert mis à la disposition du public  : 0800 002 950



Rappels - Le 5 septembre 2012,  vers 15H45, Saad al-Hilli, Britannique d'origine irakienne âgé de 50 ans, sa femme Iqbal, 47 ans, et sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, de nationalité suédoise, ont été trouvés morts, tués de plusieurs balles dans la tête, dans leur voiture. Une macabre découverte sur un parking forestier, près du lac d'Annecy. Sylvain Mollier, un cycliste de la région, probable victime collatérale, a été également découvert mort à côté de leur véhicule. Les deux fillettes du couple, âgées de 4 et 7 ans, ont survécu au drame, l'aînée étant atteinte d'une balle à l'épaule, mais elles n'ont pas pu donner de précisions sur l'auteur de l'agression.

Une enquête qui piétine - En février, le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud, avait précisé que près de 800 personnes avaient été entendues en six mois d'enquête, mais sans que cela permette d'obtenir "d'élément crucial". Il avait précisé que cette affaire était particulièrement complexe en raison de son caractère international.
>> Retrouvez l'intégralité du dossier concernant "La Tuerie de Chevaline" sur France 3 Alpes
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
enquêtes tuerie de chevaline criminalité