• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

André Chassaigne compare Hollande au “chef d'orchestre du Titanic”

Jeudi 16 mai sur LCI, André Chassaigne a accusé François Hollande de "tromper l'électeur" ajoutant "avant l'élection, c'était à gauche toute, et maintenant c'est circulez, il n'y a rien à voir". / © THOMAS SAMSON / AFP
Jeudi 16 mai sur LCI, André Chassaigne a accusé François Hollande de "tromper l'électeur" ajoutant "avant l'élection, c'était à gauche toute, et maintenant c'est circulez, il n'y a rien à voir". / © THOMAS SAMSON / AFP

André Chassaigne, chef de file des députés Front de gauche, a comparé jeudi le président François Hollande au "chef d'orchestre du Titanic". "Il continue à jouer sa musique alors que le navire va dans le roc", a argumenté l'élu communiste, interrogé sur LCI.

Par France 3 Auvergne avec AFP

"Il trompe l'électeur", a accusé André Chassaigne : "avant l'élection, c'était à gauche toute, et maintenant c'est circulez, il n'y a rien à voir".
 
Parlant d'austérité, le député communiste du Puy-de-Dôme a argumenté: "les économistes sont de plus en plus nombreux à dire que cette politique-là ne peut pas donner de résultats et malheureusement il continue". "Il continue la même politique que celle qui était conduite par Nicolas Sarkozy, une politique qui ne veut pas s'attaquer à ceux qui détiennent l'argent, le fric dans notre pays et ils font payer les plus modestes", a insisté André Chassaigne.
 
"Dans ce pays, contrairement à ce qu'on dit, il y a de l'argent, il faut avoir le courage d'aller le chercher", a-t-il encore déclaré, en évoquant "ce que touchent les grands patrons", "les actionnaires, les paradis fiscaux, l'évasion fiscale".
 
"On soutient cette majorité quand les décisions vont dans le bon sens", a-t-il assuré, mais "c'est de plus en plus rare".
 
Évoquant le probable renvoi en commission à l'Assemblée, "pour des raisons obscures", de la proposition de loi communiste sur l'amnistie sociale (examinée jeudi dans l'hémicycle), André Chassaigne y a vu "de la lâcheté", avec pour  constat que "le Medef a un poids grandissant et arrive à faire valoir ses vues auprès du gouvernement".

Sur le même sujet

Drôme : centres de loisirs sous surveillance

Les + Lus