• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Santé : première mondiale à Lyon-Sud

Caméras et bras robotisés sont insérés dans l'abdomen de la patiente. / © HCL
Caméras et bras robotisés sont insérés dans l'abdomen de la patiente. / © HCL

Le 15 juillet, une équipe pluridisciplinaire du Centre hospitalier Lyon-Sud a réalisé une intervention inédite : l'ablation d'un rein par chirurgie robotique avec extraction vaginale en ambulatoire. Cette technique  peut être proposée en cas de rein non fonctionnel ou pour les cancers du rein.

Par Sandra Méallier

Utilisée depuis 2010 au CHLS, la néphrectomie avec extraction par le vagin permet une récupération rapide des patientes, avec une sortie le plus souvent organisée à J+2 jusqu’ici. Les douleurs post-opératoires étant constamment inférieures à 2 sur une échelle de douleur allant de 0 à 10, un lever rapide était possible.

Pour le Pr Philippe Paparel, chirurgien urologue, il était donc envisageable de permettre aux patientes de rentrer chez elles sans délai après l’intervention en recourant à trois techniques de pointe :

- la chirurgie robotique  
5 petites incisions à l'abdomen permettent d’insérer les différents bras du système robotique (caméra et instruments chirurgicaux de dissection). L’urologue s'installe à une console de contrôle d’où il bénéficie d’une vision 3D du champ opératoire ; les mouvements qu’il réalise sur la console sont reproduits par le robot à l’intérieur du corps du patient pour une dissection précise et minutieuse du rein.

Le chirurgien commande le robot à partir d'une console. / © HCL
Le chirurgien commande le robot à partir d'une console. / © HCL

- La voie vaginale
Au lieu d’extraire le rein par une incision cutanée (en coelioscopie standard), le gynécologue réalise une incision au fond du vagin pour atteindre l'organe. On évite ainsi une cicatrice abdominale, source de douleurs et d’inconfort, et ce sans conséquence sur la vie sexuelle des patientes.

- La réhabilitation précoce après chirurgie (ou fast-track)
Différentes mesures permettent un lever et une réalimentation quelques heures après l’intervention : pas de jeûne (repas normal la veille et prise de boissons sucrées jusqu’à 3 heures avant l’intervention), prise en charge spécifique de la douleur (pas de molécules à effets secondaires tels que nausées, vomissements, ralentissement du transit), pas de drain ou de sonde urinaire…
Cette procédure permet aux patients de retrouver rapidement leur autonomie, avec un risque de complications minoré. Rentrée de l'hôpital à 7h du matin, la patiente a pu sortir à 19h.

1ere médicale : ablation rein en ambulatoire

 

Les HCL et la chirurgie ambulatoire

De 6 600 séjours en 2006, les HCL sont passés en 2012 à 15 000 séjours d’actes chirurgicaux réalisés en ambulatoire (une seule journée d'hospitalisation), soit un taux de 26 % des chirurgies réalisées (24 % en moyenne dans les établissements publics en France).

La chirurgie à récupération rapide (fast track), en cours de développement aux HCL, devrait permettre d’augmenter encore la part d’ambulatoire.

Le Ministère de la Santé espère dépasser 50% de l'activité chirurgicale en ambulatoire d'ici 2016 sur tout le territoire.

A lire aussi

Sur le même sujet

Portrait de Daniel Frasnay

Les + Lus