Le maïs transgénique MON 810 n'est plus interdit mais reste sous moratoire

Le Conseil d'Etat vient de lever l'interdiction de cultiver le maïs MON 810 en France. / © France 3 Auvergne
Le Conseil d'Etat vient de lever l'interdiction de cultiver le maïs MON 810 en France. / © France 3 Auvergne

La culture du maïs transgénique MON 810 de Monsanto, banni des cultures françaises depuis 2008, n'est plus interdite mais ne devrait pourtant pas faire son retour dans les champs de l'hexagone

Par France 3 Auvergne

Le Conseil d'Etat en a décidé ainsi : la culture du maïs transgénique MON 810 n'est plus interdite en France. Plus qu'une question de fonds, il s'agit d'un problème de forme, puisque cette interdiction n'était pas conforme au droit européen. Pour autant, ce maïs ne devrait pas faire son grand retour. Car si l'interdiction est levée, le moratoire sur la mise en culture des semences OGM, lui, est bel et bien maintenu par le gouvernement. C'est en tous cas ce qu'ont réaffirmé les ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie Stéphane Le Foll et Philippe Martin. C'est aussi ce que vient de confirmer François Hollande.

"Il y aura une prolongation du moratoire", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une visite en Dordogne, ajoutant qu'il était nécessaire toutefois de "sécuriser juridiquement cette décision sur le plan national et surtout sur le plan européen""Pourquoi nous avons fait le moratoire sur les OGM? Non pas parce que nous refusons le progrès, mais au nom du progrès. Nous ne pouvons pas accepter qu'un produit, un maïs, puisse avoir des conséquences défavorables sur les autres productions", a poursuivi François Hollande, qui s'exprimait depuis une ferme de la région de Sarlat.

Le maïs transgénique reviendra-t-il en France?
Reportage de Volana Razafimanantsoa et René Thévenot. Intervenants : Chantal Gascuel (Agricultrice biologique, coordinatrice des Faucheurs Volontaires), Jean-Marie Sirvins (Vice-président de l'Union nationale de l'apiculture française)



Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus