• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

POCL : un projet “dans le brouillard” pour Serge Godard

Alors que le projet de ligne à grande vitesse entre Paris-Orléans-Clermont-Lyon a été repoussé après 2030, les élus de l'axe concerné maintiennent la pression sur RFF et l'Etat alors que Serge Godard, le maire de Clermont-Ferrand, regrette le manque de lisibilité. / © AFP PHOTO FRANCK FIFE
Alors que le projet de ligne à grande vitesse entre Paris-Orléans-Clermont-Lyon a été repoussé après 2030, les élus de l'axe concerné maintiennent la pression sur RFF et l'Etat alors que Serge Godard, le maire de Clermont-Ferrand, regrette le manque de lisibilité. / © AFP PHOTO FRANCK FIFE

Vendredi après-midi, l'association TGV Grand Centre Auvergne tenait son assemblée générale ordinaire à Clermont-Ferrand en présence du directeur du projet Ligne Grande Vitesse chez Réseau Ferré de France, l'occasion pour les élus de rappeler leur volonté politique de voir le POCL être réalisé.

Par Stéphane Moccozet

Le TGV en Auvergne, ce n'est pas pour demain. Ni pour après-demain. En fait, dans le meilleur des scénarios, la ligne à grande vitesse entre Paris et Lyon via Orléans et Clermont ne sera pas en service avant 2030. D'ici là, des trains auront passé sous les ponts et le projet peut-être même tombé à l'eau.
 
C'est avec le désir que cette hypothèse ne se réalise jamais que l'association TGV Grand Centre Auvergne a été créée en 2007. Elle regroupe des élus de toutes tendances, des entrepreneurs et des particuliers qui pensent, aujourd'hui encore, que le projet va avancer. "Des études vont continuer avec RFF", explique Rémy Pointereau, le sénateur UMP du Cher qui rappelle que "la décision du scénario doit intervenir au plus tard en 2014". Sans doute les mots de Didier Roblès, le directeur du projet LGV pour Réseau Ferré de France, ont-ils rassuré les membres de l'association qui tenaient leur assemblée générale ordinaire, vendredi après-midi, en mairie de Clermont-Ferrand.
 
Empêcher l'enterrement de première classe

Des mots, toujours des mots, mais les faits sont là: en juin dernier, le POCL a été écarté par le gouvernement de la liste des projets de premières priorités. Une réalité que les élus doivent bien admettre et qui écrit l'avenir du projet en pointillé. Serge Godard, le maire socialiste de Clermont-Ferrand, l'admet : "On est dans le brouillard et c'est bien ce que nous reprochons". Et quand on avance dans un brouillard qui s'épaissit, on finit par s'arrêter. Le désenclavement et l'égalité entre les territoires sont deux concepts qui valent de l'or, trop en ce qui concerne cette ligne à grande vitesse dont le coût est estimé à 14 milliards d'euros. Mais Rémy Pointereau l'affirme : "nous, on l'a la volonté politique". C'est déjà ça.

POCL : les élus toujours mobilisés
Reportage de Christophe Jouvante et Alfonso Martinez. Intervenants: Rémy Pointereau (Sénateur UMP du Cher), Serge Godard (Maire PS de Clermont-Ferrand)

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Toujours sans nouvelles de Lorraine, disparue dans le Rhône

Les + Lus