Emprunts toxiques: deux maires dénoncent un "blanc seing" accordé aux banques

Christophe Faverjon, maire (PCF) d'Unieux (Loire) et Christian Coigné, maire (UDI) de Sassenage (Isère) ont dénoncé "le blanc-seing donné aux banques" par le projet de budget 2014 et annoncé la rédaction d'un recours devant le Conseil constitutionnel.

"L'article 60 du projet de loi de Finances (qui prévoit un fonds de soutien aux collectivités très endettées, ndlr) méconnaît l'intérêt général au profit de l'intérêt des banques", a dénoncé M. Coigné, au cours d'une conférence de presse jeudi.

"Cet article fait le choix d'un blanc-seing aux banques contre les collectivités locales et contre les contribuables", a renchéri M. Faverjon, par ailleurs vice-président de l'association des Acteurs publics contre les emprunts toxiques. Les deux communes ont lancé des contentieux contre Dexia pour des emprunts toxiques souscrits dans les années 2000.

Le renoncement à toute poursuite

Le projet de budget 2014 organise dans son article 60 la constitution d'un fonds de soutien aux collectivités locales dont les finances sont grevées par des emprunts toxiques.

Pour accéder à ce fonds, les collectivités seront obligées de renoncer à tout contentieux, en cours ou à venir. Ce dispositif dit "loi de validation" des emprunts toxiques vise à stopper l'inflation des contentieux, depuis un jugement rendu à Nanterre favorable au Conseil général de Seine-Saint-Denis.

Un projet de loi rétroactif

En outre, le projet de loi valide rétroactivement les contrats de prêt qui ne mentionneraient pas le taux effectif global des intérêts dus, vice de forme qui
avait permis à la Seine-Saint-Denis d'obtenir gain de cause en justice. "Cela nous enlève le seul moyen de recours aujourd'hui validé par la justice",
a dénoncé M. Faverjon.

Les communes de Sassenage et d'Unieux ont financé la rédaction par des avocats d'un recours devant le Conseil constitutionnel pour faire annuler ces dispositions. Ce recours, qui doit être signé par 60 sénateurs ou 60 députés pour être déposé, a reçu le soutien du groupe UMP au Sénat, a affirmé M. Coigné.

Pour mieux comprendre les enjeux des emprunts toxique pour la ville d'Unieux, voir ci-dessous le reportage de France 3 Loire du 19 avril 2011, au moment du dépôt de plainte de la ville contre la banque Dexia.

durée de la vidéo: 01 min 34
Quand la ville d'Unieux a porté plainte contre sa banque en avril 2011

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie finances
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter