Cet article date de plus de 7 ans

Trains trop larges : la "colère" de Jean-Jack Queyranne

Le président PS de la Région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne a fait part ce mercredi 21 mai dans un communiqué de sa "colère" concernant l'affaire des trains trop larges, fabriqués par Alstom et Bombardier. 
"Une nouvelle fois, je constate que le système de gouvernance du ferroviaire partagé entre la SNCF et RFF connaît de graves dysfonctionnements. Ils confinent à l'absurde. Comme tous les présidents de régions, je suis en colère", écrit le président de région dans un communiqué.

La Région Rhône-Alpes, "comme toutes les Régions, n'entend pas payer les travaux d'adaptation des quais au matériel, ni de manière directe ni via les redevances qu'elles paient pour la circulation de leurs TER", a-t-il aussi averti. Car pour répondre aux besoins de lignes très fréquentées, la Région Rhône-Alpes a "commandé récemment 40 rames de matériel ferroviaire, pour un montant de 400 M EUR, actuellement en cours de livraison".

La région, a-t-il rappelé, avait été alertée "des difficultés d'adaptation des quais en 2013 par RFF et Réseau ferré de France s'engageait alors à faire le nécessaire en termes de travaux pour accueillir le nouveau matériel dans les délais".

En Rhône-Alpes, "ces engagements sont tenus" et des travaux "sont en cours de finalisation" a souligné la collectivité : "A ce jour, les problèmes sont en cours de résolution sur les axes Villefranche-sur-Saône / Vienne et Saint-Etienne / Lyon / Ambérieu. D'après RFF, 119 quais sont concernés en Rhône-Alpes, pour un montant des travaux de l'ordre de 5 MEUR", selon la région. Une somme que Jean-Jack Queyranne n'entend pas payer.

Et de terminer : "Les Régions paient le matériel dont elles ont besoin mais ne maitrisent pas les appels d’offre, ne fixent pas les normes techniques et n’en deviennent pas propriétaires."


Les nouveaux TER (Trains express régionaux), plus larges que les précédents, vont nécessiter des travaux pour élargir 1 300 quais pour un coût de 50 millions d'euros, ont indiqué mardi soir la SNCF et RFF, confirmant une information du Canard Enchaîné.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf transports en commun polémique