Trafic de subutex vers l'île Maurice : une rhodanienne comparaît mardi

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.M. avec AFP

Aurore Gros-Coissy, 27 ans, originaire de Saint-Romain-de-Popey, dans le Beaujolais, est emprisonnée depuis trois ans à Port-Louis pour trafic de subutex, un substitut de l'héroïne. Après un premier report, son procès doit se dérouler du 2 au 5 septembre sur l'île Maurice. Elle calme son innocence.

Etudiante en agriculture, Aurore a débarqué le 19 août 2011 à l'aéroport de Plaisance à Port-Louis, la capitale. Interpellée à sa descente d'avion, ses bagages sont fouillés. Les policiers mauriciens y découvrent 1.680 comprimés de Subutex dans leur emballage d'origine, cachés dans des boîtes de gâteaux. Aurore dit tout ignorer de ces médicaments. Elle se dit piégée par son ex-petit ami franco-mauricien qui aurait "farci" ses bagages" avant son départ.

A Maurice où ce substitut à l'héroïne, distribué sous ordonnance en France, est le stupéfiant le plus consommé, selon le rapport 2012 du bureau des drogues de l'administration américaine (Bureau of International Narcotics), les autorités n'en croient pas un mot. Aurore est inculpée pour trafic, un crime très sévèrement réprimé avec des peines allant jusqu'à 40 ans de prison.

Cible du ressentiment de la famille d'Aurore, Tinsley C., l'ex-petit ami franco-mauricien vit toujours libre en Seine-Saint-Denis. "Un trafiquant notoire", selon le porte-parole du collectif des victimes de détournement de médicaments et de stupéfiants, Farid Dekhli.

"Il lui avait proposé d'acheter son billet d'avion, ce qui nous avait surpris", se souvient la maman. "Puis trois jours avant, il a dit qu'il ne pouvait pas l'accompagner." "Une des hypothèses, c'est qu'Aurore ait été une mule envoyée au casse-pipe avec du Subutex encore dans son emballage, ce qui aurait permis le passage d'une plus grosse livraison", avance M. Dekhli.