• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Un agriculteur cantalien effectue la transhumance à pieds, comme dans le temps

35 kilomètres de marche, la transhumance à pieds est devenue une tradition dans la famille Durif.
35 kilomètres de marche, la transhumance à pieds est devenue une tradition dans la famille Durif.

Comme chaque année depuis 25 ans, Georges Durif redescend du Sancy avec ses 75 vaches direction la ferme familiale à Champs-sur-Tarentaine-Marchal, dans le Cantal. Une transhumance à pieds comme au bon vieux temps.

Par Sébastien Kerroux

Georges Durif est éléveur de vaches à Champs-sur-Tarantaine-Marchal dans le Cantal. Depuis qu'il a repris la ferme familiale, dans les années 1990, Georges a toujours voulu pratiquer la transhumance à pieds, comme au bon vieux temps. A l'époque, il n'avait qu'une dizaine de vaches, aujourd'hui il doit en gérer 75.

Parti très tôt du Sancy, le troupeau doit rejoindre le Cantal en milieu de journée. Au total, ce sont près de 35 kilomètres à parcourir. Une sortie qui n'a lieu qu'une seule fois par an. Et pour se donner du courage, rien de tel que de fredonner quelques bon airs traditionnels auvergnats. Car cette sortie, est aussi un moment festif. Comme d'habitude, à l'heure de la pause, Georges et sa famille sont rejoints par des amis.

Dans quelques années, c'est Jean-François - son fils - qui reprendra l'exploitation familiale. Il sera certainement l'un des derniers agriculteurs à pratiquer la transhumance à pieds.

Une transhumance entre le Sancy et le Cantal
Intervenants : Georges Durif, éleveur cantalien. Jean-François Durif agriculteur Cantalien. Reportage : Bintou Sidibé et Maurice Tiouka

 

Sur le même sujet

Top départ pour le Jumping de Bourg-en-Bresse

Les + Lus