Les troubles pratiques d'un faux sexothérapeute jugées à Bourg-en-Bresse

Un faux sexothérapeute de St Genis Pouilly comparaît devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse pour agression sexuelle sur plusieurs de ses patientes. Ce "praticien" sans diplôme aurait ainsi abusé d'elles en leur imposant des pratiques sexuelles sous une trouble emprise.           

Par Philippe Bette

Les faits remontent aux années 2010. Edouard Paulino "exerce" alors comme sexothérapeute dans un cabinet qu'il a lui-même créé à Saint-Genis-Pouilly. Il n'en a pas la qualité puisqu'il est informaticien de formation. Mais il est très à l'écoute des patientes qui se succèdent chez lui et qui se laissent abuser par l'appellation ronflante du cabinet EPRA : "Ensemble pour la relation d'aide".

Edouardo Paulino a une méthode bien à lui : "La calinothérapie" .Il parvient à amadouer ses patientes et à leur extorquer quelques faveurs sexuelles sous une emprise qui se révèle troublante. Il les subjugue au point qu'il sera parfois difficile d'établir,pour certaines d'entre elles, jusqu'à quel point ces pratiques étaient imposées ou librement consenties... 

Devant les gendarmes, E. Paulino expliquera dans un premier temps que sa façon de procéder avait quelque chose de provocant. Mais il lui faudra bientôt admettre, au fil des auditions, qu'il est allé trop loin. Sa "thérapie" n'avait rien d'éthique,ni de scientifique et n'était étayée par aucune formation reconnue. Il n'a pas son bac...

Le faux sexothérapeute comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse pour "atteinte sexuelle" par abus d'autorité et usurpation de diplômes. Il encourt  jusqu' à 7 ans de prison. 4 des ses anciennes patientes se sont constituées "partie civile" pour obtenir réparation.
La "calinothérapie" en jugement à Bourg


Sur le même sujet

Suivez le tirage du 6e tour de la Coupe de France de football

Les + Lus