• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Valence : Un adolescent de 14 ans défie les policiers à bord d'une voiture volée

C'est dans le quartier de Fontbarlette que la voiture à été volée par "home jacking" / © France3
C'est dans le quartier de Fontbarlette que la voiture à été volée par "home jacking" / © France3

Un adolescent de 14 ans, surpris en flagrant délit au volant d'une voiture volée, a été mis en examen lundi pour vol avec arme et violences aggravées après avoir blessé 4 policiers qui voulaient l'arrêter à Valence. Il a été placé dans un centre éducatif fermé à Nîmes (Gard).     

Par Philippe Bette

L'affaire débute vendredi à Valence, avec un vol à main armée, au domicile des propriétaires dans le quartier Fontbarlette, en pleine nuit. Plusieurs individus armés dérobent un trousseau de clés .

On retrouve samedi la voiture volée en plein coeur de Valence, une Renault Clio, avec à son bord trois jeunes. La voiture est prise en chasse par la brigade anti-criminalité (BAC). La poursuite s'engage. Le véhicule percute une autre voiture et les policiers tentent alors d'intercepter le conducteur. Une vitre est brisée. Les policiers de la BAC tentent alors d'arrêter la course de la voiture. Mais le pilote s'obstine et entame une manoeuvre pour se dégager : 4 policiers sont blessés par les éclats de verre. La voiture sera abandonnée un peu plus loin et le voleur arrêté. Il est jeune. Il n'a que 14 ans. Il s'appelle Oghuzan. Entre-temps, ses passagers ont disparu...                   

Oghuzan a été mis examen lundi "pour vol avec arme" et "violences aggravées" sur des fonctionnaires de police. Le parquet de Valence demandait son incarcération. En définitive, le juge des libertés décide son placement dans un centre éducatif fermé, à  Nîmes (Gard). 

Me Romaric Chateau, l'avocat d'Oguzhan, conteste les poursuites engagées contre son client pour "vol avec arme". Il explique qu'Oguzhan n'a pas de permis certes mais pas non plus d'antécédent judiciaire. Il dit qu'il ignorait les circonstances de ce "home jacking" commis chez un particulier, surpris dans son sommeil.

"Je trouve regrettable, explique-t-il, qu'aucune confrontation avec la victime n'ait pu avoir lieu pendant les 48 heures de garde à vue. Le parquet a demandé l'incarcération de mon client sans complément d'enquête. Ce n'est pas sérieux".

Me Romaric Chateau se félicite en revanche de la décision du juge des libertés de préférer le placement en centre éducatif fermé à la prison. D'autant, insiste-il, qu' "Oghuzan a un casier judiciaire vierge".    
      
Quant aux policiers blessés lors de la poursuite, ils bénéficient d'une ITT de trois à neuf jours.  

Sur le même sujet

Une danseuse de cabaret retrouvée morte à Taluyers, dans le Rhône, rappel des faits

Les + Lus