Centrale biomasse : polémique à Pierrelatte (Drôme)

Depuis deux ans, à Pierrelatte, 42 hectares de serres, 3000 logements sociaux et des équipements municipaux sont chauffés grâce à une centrale biomasse. Parmi les utilisateurs, on trouve notamment la Ferme aux crocodiles. Mais le prix du chauffage pourrait connaître une sévère augmentation. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

En cause : un contentieux opposant la branche énergies renouvelables du groupe Areva (Areva Renouvelable) au groupe Coriance. La première a vendu une centrale biomasse à la seconde qui l'exploite. L'installation a coûté à Coriance la somme de 45 millions d'euros. Mais l'exploitant dénonce un défaut de conception et un "dysfonctionnement majeur". Le rendement de la centrale ne serait pas conforme au contrat : l'unité est censée produire 12 MW/H d'électricité. Mais depuis sa mise en service, ce rendement n'est pas atteint.

Une partie du chauffage de la ville de Pierrelatte provient de cette centrale biomasse : une partie de la production électrique alimente le réseau en eau chaude, le reste est revendu à EDF. Si l'eau de chauffage est revendue à bas coût aux collectivités dans le cadre d'une délégation de service public, l'exploitant comptait sur la vente d'électricité pour équilibrer ses comptes. Conséquence : Coriance pourrait revoir la tarification de chauffage à la hausse.... 

reportage H.Chapelon, S.Hyvon et S.Trentesaux - 10/3/15
Intervenants 
1 - Florent Germon - Directeur de la centrale biomasse de Pierrelatte
2 - Hervé Rasclard - Vice-président Syndicat mixte d'aménagement rural de la Drôme
3 - Samuel Martin - Directeur de la Ferme aux crocodiles