François Michelin, une vie dédiée à l'entreprise

François Michelin, gérant du fabricant français de pneumatiques pendant 47 ans jusqu'en 1999, est décédé le 29 avril 2015 à l'âge de 88 ans annoncé le groupe Michelin mercredi en début d'après-midi.

François Michelin était né le 15 juin 1926 à Clermont Ferrand. Après des études de mathématiques, il obtient sa licence à la faculté des sciences de Paris. Il entre dans le groupe familial en 1951 pour travailler comme simple ouvrier-ajusteur à l'atelier poids-lourds de l'usine des Carmes puis à celle de Cataroux. Il passe ensuite dans les services du commerce et de la recherche. Il devient co-gérant en 1955 et quatre ans plus tard, c'est lui le patron de la manufacture qu'il dirigera pendant 44 ans.
François Michelin imprimera sa marque en tant qu'homme secret, avare de confidences, il se confie d'ailleurs peu à la presse, sa vie est ordonnée autour de son entreprise et de sa famille.

Un bon sens auvergnat qui ne l'empêchera pas d'accélérer le développement international de Michelin, notamment grâce à l'invention du pneu radial, véritable révolution technologique dans ce secteur et qui permettra à Bibendum de devenir le 1er producteur mondial après le rachat d'Uniroyal Goodrich.
Poursuivant l’action des fondateurs il maintient la présence en compétition, notamment en formule 1 avec plusieurs titres de champion du monde.

Sa manière de gérer l'entreprise sera à la fois admirée pour sa réussite et contestée pour une culture permanente du secret et son paternalisme. S'il se montre parfois avec les politiques, il n'apprécie guère les syndicats. Il sera notamment critiqué pour une petite phrase qui apparait sur les feuilles de paie:  "prix payé par le client pour votre travail" 


En 1999, dans la plus pure tradition familiale il passe le témoin à son fils Edouard  et s'éloigne un peu de la Manufacture tout en participant à quelques manifestations comme lors du centenaire de la coupe Gordon Bennett . On le retrouve au volant du bolide qui avait remporté l'épreuve en 1905 à l'occasion de laquelle était publiée la première carte routière Michelin qui indiquait le parcours de la course. Ce sera l'une des dernières images du père et du fils puisqu'en 2006, Edouard décède accidentellement.

François Michelin aura en tous cas marqué son époque et si ses méthodes ont été parfois contestées, son caractère de véritable capitaine d'industrie fait l'unanimité.

Récit : Christian Lamorelle, montage : Dominique Leyerloup. Archives France 3 Auvergne

 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité