Cet article date de plus de 6 ans

Festival web opéra | Carmen

Alors que la pièce retrouve la scène de l'Opéra national de Lyon deux ans après sa création par Olivier Py, nous vous proposons de voir la version originelle sur notre site internet samedi soir après le 19/20 en fermeture de notre festival web opéra 2015. 

Le parti pris de la mise en scène intègre l'action des machinistes chargés de mettre en oeuvre les décors gigantesques. Adieu l'Espagne, bienvenue dans le monde des revues de music-hall, d'un quartier chaud de Paris.

Les hommes du décor
Olivier Py et son décorateur Pierre-André Weitz jouent des ressources de ce somptueux décor complètement mobile qui par son perpétuel mouvement devient un personnage central de la pièce. on navigue des coulisses à la scène, des loges  au bar (un peu glauque)


opéra comique en 4 actes de Georges Bizet
Opéra en quatre actes, 1875
Livret de Henry Meilhac et Ludovic Halévy d’après Carmen, nouvelle de Prosper Mérimée
En français
Direction musicale Stefano Montanari
Mise en scène Olivier Py
Décors et costumes Pierre-André Weitz
Lumières Bertrand Killy

Carmen Josè Maria Lo Monaco
Frasquita Elena Galitskaya
Mercédès Isabelle Druet
Don José Yonghoon Lee
Escamillo Giorgio Caoduro
Zuniga Vincent Pavesi
Moralès Pierre Doyen
Le Dancaïre Christophe Gay
Remendado Tansel Akzeybek
Orchestre, Choeurs et Maîtrise de l’Opéra de Lyon

Carmen est actuellement joué à l'opéra national de Lyon avec une nouvelle distribution
L’histoire :
Carmen, ou la rencontre explosive, passionnée et finalement destructrice d’une femme et d’un homme. Lui est simple soldat, formé à la routine et à la discipline des casernes, promis au mariage avec Micaëla, une jeune fille très bien. Elle est ouvrière : elle passe sa journée à fabriquer des cigares roulant sur ses cuisses les feuilles de tabac… Lui, c’est Don José, elle, c’est Carmen ; il aime l’ordre, elle aime la liberté ; il n’aime qu’elle, elle l’aime comme elle le sent, dans l’instant, mais libre elle veut rester, libre d’aimer qui elle veut, quand elle veut (l’exclusivité, non merci !) – elle en mourra.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival web opéra opéra culture