Top 14 - 25e journée: Oyonnax pour entretenir sa faim de LOU

Oyonnax a une incroyable cinquième place et des barrages à défendre en recevant une équipe de Lyon à la dérive et promise à la Pro D2 vendredi (20h45) en ouverture de la 25e journée de Top 14.

Pour la dernière à Charles-Mathon de son emblématique manager Christophe Urios, en partance pour Castres, l'USO se doit donc d'entretenir ses rêves de qualification, à la fois nationale et européenne.
A hauteur du Racing-Métro (6e) et avec trois points d'avance sur Montpellier (7e) et Bordeaux (8e), Oyonnax a les cartes en main pour se bâtir un destin un peu inespéré, quand on sait que son objectif premier est de se maintenir dans l'élite.
"On est dans une position où ne peut que positiver au vu de nos ambitions initiales", rappelle ainsi le demi de mêlée Fabien Cibray qui mesure aussi la pression pesant sur les épaules de son équipe. "C'est un derby, c'est un match à Mathon, et c'est celui qui dictera si on se qualifie ou pas", souligne-t-il.

L'USO testera sa moelle face à un LOU aux abois, pour qui l'espoir de se maintenir est purement mathématique, avec dix points de retard sur la 12e place.
"Il faut gagner, c'est un derby, c'est important pour la suprématie régionale, même si on sait très bien que l'on va descendre en Pro D2", estime le centre Thibaut Regard. "Surtout, il faut enfin gagner un match à l'extérieur, ce que l'on n'a pas su faire cette année, pour sauver ce qu'il est encore possible de sauver cette année."

Oyonnax s'attend donc au "match-piège par excellence", selon Cibray, face à une équipe lyonnaise qui aura "l'esprit libre" et voudra donc "faire du rugby-spectacle". Et s'il fallait ajouter encore un peu de piment à la rencontre et de tension côté oyonnaxien, les Haut-Bugistes auront en tête qu'ils évolueront sous les yeux de leur prochain manager, Olivier Azam, qui passera du Rhône à l'Ain à l'intersaison.