A Lyon, "Quais du polar" invite le journaliste Thibaut Solano, trait d'union entre faits-divers et fiction

Le journaliste Thibaut Solano, ancien journaliste à la Montagne à Clermont-Ferrand, passé notamment par l'Ebdo à Lyon, puis l'Express, est aujourd'hui rédacteur en chef web à Marianne. Auteur de deux enquêtes judiciaires, il présente son premier roman au festival "Quais du Polar" à Lyon.
Thibaut Solano, journaliste et auteur de polars, a débuté comme rédacteur web à Clermont-Ferrand avant de devenir, notamment auteur d'enquêtes judiciaires, réelles ou imaginées
Thibaut Solano, journaliste et auteur de polars, a débuté comme rédacteur web à Clermont-Ferrand avant de devenir, notamment auteur d'enquêtes judiciaires, réelles ou imaginées © Astrid di Crollalanza

Rencontre avec un auteur-journaliste. Thibaut Solano sera très présent à la 17ème édition du festival "Quais du polar", à Lyon. Les amateurs de polars et de faits-divers ne seront pas déçus. Thibaut se frotte, au quotidien, depuis des années, au récit des faits-divers les plus glaçants.

Une expérience qu'il a finalement mise à profit pour publier, récemment, une première fiction. Un roman qui reste toutefois... très réaliste. Et pour cause, "Les noyés du Clain" (aux éditions Robert Laffont) s'inspire -encore- de faits réels. 

Les trois premiers ouvrages de Thibaut ont tous un univers commun : le meurtre, commis dans les provinces françaises... à Perpignan, dans les Vosges, ou à Poitiers. En s'immergeant dans le quotidien de ces régions, le lecteur y tente, à ses côtés, de dénouer les liens qui unissent les protagonistes, témoins, enquêteurs et, évidemment les victimes. Un sordide jeu de société, en quelque sorte.

Retour aux sources... auvergnates

Thibaut Solano est d'abord un passionné d'actu. Il a débuté comme rédacteur web. Durant plusieurs années, il a signé une multitude d'articles parus sur le site internet du quotidien La Montagne, dans sa région d'origine, à Clermont-Ferrand. C'est à cette époque qu'il se lance dans l'écriture de son premier livre, une enquête minutieuse réalisée en immersion à Perpignan autour des victimes présumées de Jacques Rançon, et de leurs familles.

Derrière le rédacteur méthodique se révèle alors une plume soignée, qui prend le temps de décrire une société. "Les disparues" (aux éditions Les Arènes) narre sa propre enquête... sur les traces d'un probable tueur en série. Une mise en abîme qui révèlera aux lecteurs une affaire qui, à l'époque, attendait encore beaucoup de réponses de la justice. 

Passage à Lyon

Cette année, Thibaut revient, pour le festival "Quais du polar", à Lyon, où il a déjà exercé son métier, après avoir quitté la Montagne. "Fin 2017, je suis devenu correspondant de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour le journal Ebdo. Un journal qui n'a pas duré longtemps. Cet hebdomadaire s'était lancé en janvier 2018, sans site internet. Malheureusement il a périclité au bout de deux mois, avec pertes et fracas." se souvient le journaliste.

Pas de quoi lui ôter le goût du fait-divers. "En presse régionale, les fait-divers ont une grande importance. Ils sont présents quotidiennement. C'est grâce à ça que j'ai commencé à m'intéresser à cette matière. Je me souviens évidemment de quelques histoires retentissantes à Clermont-Ferrand, dont l'affaire "Fiona" ou celle du "petit Antoine". De fil en aiguille, j'ai commencé à me pencher sur la justice. Jusqu'à écrire mon premier livre en 2016. J'ai alors clairement passé un cap."

Un expert du parcours du tueur en série Jacques Rançon

Depuis, Thibaut Solano est notamment passé par l'hebdomadaire "l'Express", avant de devenir le rédacteur en chef Web de "Marianne". Il continue d'y écrire régulièrement des articles sur le tueur Jacques Rançon. De temps en temps, il est même invité sur les plateaux de télévision pour livrer son analyse, notamment lorsque Jacques Rançon a été jugé.

En 2019, un cold-case vieux de 33 ans ressurgit dans les medias. L'affaire "Isabelle Mesnage", une victime de ce tueur en série dans les années 80, enfin reconnue par la justice. En fait, Thibaut avait déjà évoquée "Isabelle" comme une piste sérieuse dans son livre. "Et ce n'est sans doute pas fini. Il est très probable que cet homme a fait d'autres victimes, ailleurs en France", souligne-t-il.

08/06/21 Procès de Jacques Rançon au palais de justice d'Amiens pour le meurtre de Isabelle Mesnage commis à Cachy en 1986
08/06/21 Procès de Jacques Rançon au palais de justice d'Amiens pour le meurtre de Isabelle Mesnage commis à Cachy en 1986 © PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/MAXPPP

Une proximité entre le réel et la fiction qui ne peut que plaire aux amateurs de polars. Pour Thibaut, ce genre de romans se divise en deux catégories. "Il y a ceux dont les auteurs, comme par exemple Bernard Minier, jouent beaucoup sur le twist final. On veut savoir... tout en se réjouissant de ne pas parvenir à deviner l'issue de l'histoire avant les dernières pages. Et puis il y a les polars sociaux, plus politiques, qui disent des choses sur les rapports de force dans notre société, sa violence. Les deux se rejoignent et font écho aux vraies enquêtes judiciaires, qui passionnent les foules." commente Thibaut. 

L'affaire Grégory, décryptée trois avant le meurtre

Une fin qui reste à découvrir, et une société complexe qui tombe dans la violence. Exactement les ingrédients qui caractérisent l'affaire du "petit Grégory", dans les Vosges dans les années 80. Thibaut Solano y consacrera, là-aussi, une "enquête dans l'enquête". Dans "La voix rauque" (aux Editions Les Arènes), il s'est efforcé de dévoiler un aspect méconnu de l'histoire pourtant très médiatique.

Thibaud Solano "La voix rauque", sur l'affaire Grégory (aux éditions Les Arènes)
Thibaud Solano "La voix rauque", sur l'affaire Grégory (aux éditions Les Arènes)

"Quand on se passionne pour un dossier, on a envie d'intéresser les lecteurs avec la même force. Sur l'affaire Grégory, j'avais choisi de traiter la période de harcèlement qui avait précédé le meurtre. L'histoire d'un mystérieux corbeau téléphonique qui, déjà, menaçait de s'en prendre à l'enfant. Menaces qui seront mises à exécution trois ans plus tard, en 1984." Un angle peu scruté au moment de la sortie du livre, et qui, depuis, a été également exploité dans un documentaire pour Netflix. 

De la réalité à la fiction

Sur la route des meurtres et des enquêteurs, Thibaud Solano a donc emprunté, cette année, un nouveau chemin : celui de la fiction, avec un premier vrai roman "Les noyés du Clain". "C'est venu d'une rencontre avec mon nouvel éditeur Robert Laffont. Jusque là, j'avais publié deux bouquins journalistiques où j'étais vraiment rivé aux témoignages et procès-verbaux. Et, pour moi, partir sur la fiction, c'était comme une respiration. Une liberté. Cette fois, il devenait possible d'inventer, de se laisser porter par une ambiance et de raconter une autre vérité. Tout en étant inspiré par des histoires vraies, sur lesquelles j'ai pu travaillé." raconte l'auteur.

Un pigiste qui mène l'enquête à Poitiers

Inspirés de faits réels, les "Noyés du Clain" évoquent l'histoire... d'un pigiste dans un journal local. Un étudiant, à la fac de Poitiers, apprenti journaliste, qui va se lancer dans une enquête, après la découverte d'un corps dans la rivière qui traverse la ville. Son personnage, Simon, va vite réaliser que plusieurs étudiants sont morts dans des circonstances étranges. Rapidement, les légendes brouillent le réel... Encore une histoire -au passage- qui décrit l'ambiance d'une société provinciale.

Thibaut Solano "Les noyés du Clain" (Editions Robert Laffont)
Thibaut Solano "Les noyés du Clain" (Editions Robert Laffont)

En attendant d'installer sa prochaine histoire, dans sa propre région, l'Auvergne ? "Oui, effectivement. C'est en cours d'écriture. Mon deuxième roman se déroulera à Clermont-Ferrand, où j'ai beaucoup de souvenirs. Ce sera vraiment une fiction, même si, sans doute, on y trouvera à nouveau quelques petites touches d'affaires réelles, que j'ai pu traiter ou lire ici où là..." Même en passant à la fiction, on ne se refait pas.

Trois rendez-vous à "Quais du Polar" avec Thibaut Solano
  • Thibaut Solano signera des livres le 4 juillet de 14h à 16h sur le stand de la librairie "Les Volcans"
  • Conférence Sang pour sang vrai, 100% fiction, sur la péniche "La Barge" Quai du Général Sarrail, le 3 juillet à 10h

  • Echange entre Thibaut Solano et Nicolas Chareyre, 1er vice-président en charge de l’instruction et doyen des juges instruction du Tribunal Judiciaire de Lyon, à l'issue de la projection de "l'affaire SK1, au ciné Lumière Bellecour, le 2 juillet à 18h30

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
quai du polar culture littérature livres